Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 15:40

Quatre pays, Egypte, Arabie saoudite, Bahreïn et Emirats arabes unis, viennent de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusant l’émirat de soutenir des groupes terroristes. Pour des raisons de sécurité nationale, des liaisons aériennes, terrestres et maritimes avec ce pays ont même été abandonnées.

Cette décision donne pleinement raison à nos analyses et aux alertes que nous avons à de nombreuses reprises lancées ces dernières années. Personnellement, je n’ai pas oublié le silence assourdissant, et même les commentaires complices, d’une partie de la classe politique française lorsque le Qatar m’avait poursuivi en justice en 2015 pour avoir dénoncé ses liens avec le terrorisme.

Il est temps d’en finir avec la bienveillance des milieux autorisés français pour le Qatar. Ce pays est dangereux et doit être traité comme tel dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Nos futurs députés auront à cœur de porter ce sujet crucial à l’Assemblée Nationale.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 21:58

Mes chers amis,

Cette fin de campagne de premier tour est sombre, elle souligne à quel point les enjeux sont immenses.

Je veux rendre hommage à nos forces de l’ordre, à nos courageux policiers et en particulier à Xavier Jugelé, lâchement assassiné dans la force de l’âge hier soir par un terroriste. Qu’il repose en paix, après avoir servi la Nation jusqu’au sacrifice ultime, et que sa famille, ses proches, soient assurés de notre immense solidarité.

Ce drame épouvantable nous rappelle combien la situation est grave, à quel point le cauchemar continue.

J’ai souvent rappelé les mesures que je propose pour lutter contre le terrorisme et l’islamisme. J’en ai beaucoup parlé, seule et dans le désintérêt général de mes concurrents, dans chacune de mes réunions publiques, parce que je considère que c’est un sujet crucial pour l’avenir de notre pays, de nos enfants. La menace est réelle, constante, les politiques, de droite comme de gauche, sous les deux derniers quinquennats, n’ont rien fait. Cela doit changer. Il est temps d’agir. Nous devons prendre conscience de l’importance des enjeux et décider les mesures qui s’imposent. Je le ferai, sans faiblir, en accord avec vous.

Dimanche, je vous appelle solennellement à aller voter et à faire voter tous ceux que vous connaissez. C’est important. Le vote est bien plus qu’un droit pour les citoyens, c’est un devoir. Et, dans la situation où se trouve notre pays, c’est un devoir vital. Chaque bulletin de vote a un poids immense. Chacun doit sentir la mission dont il est investi et l’importance du choix que notre peuple est amené à faire. Aucune voix patriote ne doit manquer à la seule candidature utile pour la France. Plus que jamais, les Français doivent s’unir pour défendre et protéger leur pays, leur modèle social, leur identité.

Courage, restez unis, fiers, courageux, je compte sur vous comme vous pourrez compter sur moi, et bon vote !

Marine Le Pen

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 16:17

Lors des deux derniers quinquennats, le fondamentalisme islamiste s’est développé de manière exponentielle en France sans qu’aucune réponse ne soit jamais apportée.
Il en résulte une multiplication dévastatrice des attentats et des menaces d’attentats.
C’est maintenant la campagne présidentielle qui est visée, et à travers elle notre démocratie.

Plus généralement, c’est la violence qui règne en France, à tel point que les milices d’extrême gauche ou les islamo-gauchistes peuvent se livrer à des exactions quotidiennes en toute impunité, y compris contre la police ou des réunions publiques.

Après deux quinquennats de laxisme total, il est plus que temps de remettre la France en ordre.

   Marine Le Pen

 
 

 

 

 

 
Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 15:56

Communiqué de presse de la délégation FN/RBM au Parlement européen

Selon le site Politico.eu*, la Commission européenne « s’est impliquée, de façon indirecte, dans la politique française, avec une campagne de vérification des faits pour contrer le discours anti UE du Front National de Le Pen ». L’article en question cite un haut fonctionnaire anonyme de la Commission selon lequel une victoire de Marine Le Pen serait « un désastre ». Tout en admettant que la Commission européenne peut difficilement soutenir un candidat de façon officielle, le haut fonctionnaire confie à Politico que « la Commission voterait pour Macron sans aucun doute ». Dont acte.

Ce mépris de la souveraineté nationale de la France est un scandale. Quelques jours à peine après le déclenchement de l’article 50 par le gouvernement britannique, la Commission de Bruxelles démontre une fois de plus son décalage par rapport aux réalités concrètes des États membres. La Commission n’a aucune idée pourquoi les Français tout comme les Anglais ou les Grecs sont toujours plus nombreux à être dégoutés de ce genre d’ingérence inadmissible dans les affaires intérieures de leurs États respectifs.

La Commission de Bruxelles se prend maintenant pour une sorte de Ministère de la Vérité façon Orwell. Avec sa « campagne de vérification des faits », elle tente de délégitimer toute réplique à la propagande qu’elle déverse continuellement aux frais du contribuable.

Marine Le Pen a demandé des explications à la Commission européenne, en déposant une série de questions écrites. Elle veut notamment savoir si la Commission a demandé l’accord du gouvernement français pour cette ingérence dans la campagne présidentielle française. Elle veut connaître le coût estimé de la « campagne de vérification des faits » de la Commission, sa durée dans le temps et le nombre de fonctionnaires impliqués. Il serait également intéressant d’apprendre qui, au sein de la Commission, en est le responsable politique. Les données des « vérificateurs » seront-elles d’ailleurs elles-mêmes vérifiées?

* (« For EU, French vote is existential », le 30 mars 2017)

 
 
 
Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 22:48

Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

Emmanuel Macron a prévu de se rendre aujourd’hui en Allemagne pour rencontrer la Chancelière Merkel et se faire adouber, dans ce qui apparaît de plus en plus comme un passage obligé pour tout candidat du système.

Monsieur Macron se livre ainsi avec Monsieur Fillon à un véritable concours à qui sera le premier vassal de Mme Merkel, déployant des trésors de séduction pour simplement apparaître à ses côtés.

Cet acte d’allégeance de Monsieur Macron rappelle s’il en était besoin le projet de soumission perpétuelle dans lequel ce candidat veut enfermer la France, déjà privée de toute autonomie économique, budgétaire, territoriale et donc politique.

Avec lui, comme avec Monsieur Fillon, c’est l’assurance de la continuité pour mettre en œuvre la feuille de route commune de Bruxelles et de Berlin, vers toujours plus d’austérité, de déréglementation du travail, de libéralisation de l’économie et d’immigration massive.

Cette politique qui depuis quinze ans a ruiné la France, détruit son industrie et son agriculture, installé un chômage de masse qui a plongé des dizaines de millions de Français dans la précarité par l’écrasement des salaires, sera donc poursuivie.

Seule Marine Le Pen entend défendre les intérêts de la France en rendant à notre pays sa liberté et son indépendance, et en changeant radicalement de politique économique.

C’est d’ailleurs tout le sens de l’élection présidentielle, qui ne vise pas à désigner le gouverneur d’une province européenne, vassalisée à Berlin, mais à élire le Président de la République, garant de nos Institutions et de l’indépendance nationale.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 20:31

Emmanuel Macron a enfin daigné présenter un programme aux journalistes. Il était temps, à 50 jours du premier tour… Il a donc pris beaucoup de temps pour rédiger cela, avec le renfort nous dit-il de moult experts. Le résultat est pourtant bien décevant et constitue une menace majeure pour l’avenir de la France et des Français. Et même sur certains points, son projet consiste en une négation de la France.

Le premier grand problème est que ce n’est pas le projet d’un candidat à l’élection présidentielle. Il n’y a en effet dans ce catalogue aucune vision de ce que peut et doit devenir la France dans les années qui viennent. Son programme fleure bon le marketing politique mais se résume à une addition de promesses comme on en a déjà fait mille fois aux Français. Comme beaucoup dans la classe politique, M. Macron aime aller dans le sens du vent, mais son projet est vide de sens. M. Macron nous avait déjà dit “qu’il n’y a pas de culture française”, on a la confirmation avec ce programme qu’il ne comprend pas la France du tout.

À sa lecture, on est frappé par la ressemblance avec celui de François Hollande en 2012. Sur presque tous les sujets, son programme cache derrière de jolies formules, comme autant de fleurs envoyées aux Français, la continuation de l’aventure hollandienne, cet enfer que connaissent les Français. M. Hollande aurait d’ailleurs pu le signer s’il avait été candidat.

Ce constat n’étonnera personne, Emmanuel Macron ayant été l’un des principaux conseillers à l’Elysée de François Hollande, puis son ministre de l’économie, avant d’être son poulain, celui que MM. Hollande et Cazeneuve soutiennent de plus en plus évidemment dans cette campagne.

Avant de répondre à certains aspects particulièrement problématiques dans le programme d’Emmanuel Macron, il importe de soulever les trois points de continuité majeurs avec le quinquennat de François Hollande.

En premier lieu, ce programme prévoit d’accentuer la mise sous tutelle de la France avec la création d’un gouvernement économique de la zone euro et le silence radio sur les traités de libre échange négociés par Bruxelles qui ruinent notre industrie et notre agriculture. C’est finalement le programme de la souveraineté perdue, définitivement abandonnée et enterrée. La question de l’indépendance de la France, de sa capacité à agir, à véritablement avoir une prise sur le destin des Français est pourtant centrale dans cette élection. Car si les Français perdent confiance dans la politique, c’est avant tout parce qu’ils savent que les dirigeants n’ont plus de pouvoir. Le programme de M. Macron leur en enlève encore. Je considère que cette élection est au contraire le moment de décider si nous souhaitons que la France puisse redevenir un pays indépendant, retrouver des armes dans la mondialisation sauvage, à l’heure où plusieurs pays et non des moindres décident de revenir sur le libre-échange intégral et de protéger leur économie. L’autre option est de donner tout le pouvoir à une oligarchie qui décidera contre les intérêts des Français et des peuples.

Deuxièmement, ce programme fait quasiment totalement l’impasse sur les domaines essentiels que sont la sécurité des Français et la crise migratoire, comme en écho à l’inaction totale du gouvernement sur ces sujets depuis cinq ans. Or, il s’agit ici aussi d’un point au cœur des préoccupations des Français. Les mesurettes proposées par M. Macron dans ces domaines ne répondront jamais aux inquiétudes des Français, surtout quand on sait qu’il obéit au projet funeste de faire progresser massivement l’immigration en France, en témoignent les félicitations qu’il a adressées récemment à Mme Merkel pour l’accueil d’1,5 millions de migrants dans son pays. Je dis souvent que cette élection s’apparente à un choix de civilisation et pose notamment la question suivante : voulons-nous que la France reste la France ou devienne un territoire multiculturel où chacun est intégralement libre d’entrer et de s’installer ? C’est une question fondamentale, et je constate que les non-dits du projet de M. Macron y donnent une réponse diamétralement opposée à la mienne. Je note par ailleurs le caractère particulièrement antirépublicain du programme de M. Macron, là aussi dans la droite ligne de la politique menée depuis des années, dans la mesure où il consiste en un enterrement en bonne et due forme de la laïcité et une incitation au communautarisme, via des mesures choquantes concernant la place des religions dans l’espace public et leur financement.

Troisièmement, en continuité là aussi de la politique de M. Hollande, le programme de M. Macron entraînerait une franche aggravation des injustices et renforcerait les inégalités entre les territoires. Il s’inscrit en effet dans la logique d’un alourdissement de la fiscalité pour les classes populaires et moyennes, avec notamment la hausse générale de la CSG, et d’un abaissement pour les plus riches, avec la très forte réduction de l’ISF pour les très gros patrimoines financiers. Quant aux territoires, tout est à l’avantage des plus grandes métropoles, avec la disparition de nombreux départements. On est en outre frappé par l’absence totale de projet pour la ruralité.

Sur ces trois sujets centraux, ceux que je mets au cœur de la campagne présidentielle depuis des semaines maintenant, Emmanuel Macron s’enferme dans la poursuite du quinquennat de M. Hollande et n’apporte aucune solution nouvelle, si ce n’est des propositions qui aggraveront en réalité la situation.

Au-delà du contenu, la structure du programme interpelle et fait là aussi immanquablement penser à M. Hollande. Parce qu’on repère immédiatement qu’il s’agit d’un catalogue un peu brouillon, partant dans tous les sens, et manquant singulièrement de cohérence. Cela rejoint le problème de l’absence de vision politique. En réalité, Emmanuel Macron ne sait guère ce qu’il voudrait faire pour la France, si ce n’est maintenir le confort douillet des amis du système, sans jamais prendre en charge les attentes des Français, sans provoquer aucune rupture, et sans avoir le courage de s’attaquer aux défis fondamentaux qui sont devant les Français. Ce programme révèle l’absence totale de volontarisme de M. Macron, travers central qui affectait déjà M. Hollande.

Je vous laisse juger par vous-mêmes de quelques perles de ce programme si longtemps attendu…

➝ Europe : l’extinction définitive de notre souveraineté et de notre liberté

1) Renforcement de l’intégration de la zone euro et maintien de l’austérité : E. Macron veut « créer un budget pour la zone euro voté par un Parlement de la zone euro et exécuté par un ministre de l’Économie et des Finances de la zone euro », réduire les dépenses publiques à 52 % du PIB et garder la règle des 3 %. Nous n’aurons plus les mains libres ! Et il ne pourra pas mettre en oeuvre ses mesurettes économiques car il se heurtera au refus de l’Allemagne et du ministre du Budget de la zone euro qui sera le vrai dirigeant de la France. La souveraineté serait définitivement perdue.

2) Macron affiche des objectifs contradictoires pour la Défense :

Objectif 1 : Donner aux armées les moyens d’assurer la souveraineté stratégique de la France ;
Objectif 2 : Agir pour une Europe de la défense devenue indispensable.

Quelle incohérence ! La réalité, c’est que M.Macron veut un conseil européen de la sécurité, un quartier général européen permanent en lien avec l’OTAN, un Fonds européen de défense. La France perdrait la maîtrise de son armée et de ses équipements et serait soumise à la volonté des autres pays et de l’OTAN. La France ne serait plus du tout indépendante. Pis, avec le système que souhaite M.Macron, la France serait entraînée dans des guerres qui ne sont pas les siennes et n’aurait pas pu refuser de participer à la désastreuse guerre en Irak de 2003.

➝ Poursuite de l’immigration de masse et remise en cause de notre pacte républicain

3) Le projet de M. Macron n’évoque pas une seule fois le terme « immigration » : dans la continuité des félicitations qu’ils à adressées à Mme Merkel, E. Macron entend donc bien poursuivre la politique migratoire désastreuse menée ces dernières années. L’immigration de masse serait maintenue puisqu’aucune réduction des flux migratoires n’est envisagée. Son programme prévoit même une naturalisation plus facile : « la maîtrise de la langue », terme flou, étant appelée à devenir le principal critère de naturalisation. La nationalité serait donc une nouvelle fois affaiblie et distribuée au plus grand nombre, rendant impossible toute assimilation.

4) Maintien de Schengen et affaiblissement de la sécurité des Français : là encore, E. Macron s’inscrit dans les pas de François Hollande en refusant la remise en cause de Schengen. Ce refus dogmatique des frontières nationales ne déboucherait que sur une chose : une sécurité des Français toujours plus affaiblie.

5) Laïcité, une remise en cause tous azimuts. Son projet semble favorable au burkini, c’est donc un affront insupportable fait aux femmes : « Dans l’espace public (rues, plages), l’expression des convictions religieuses doit bien sûr rester libre à condition de ne pas porter atteinte à l’ordre public. » E. Macron tente dangereusement de contourner la loi de 1905 par un financement public et l’ingérence de la puissance publique dans l’organisation du culte musulman : son programme prévoit ainsi le « soutien des communes à la construction de mosquées », la conclusion de baux avec les responsables du culte, des contrats signés entre l’Etat et les aumôniers du culte musulman, l’immixtion de l’Etat dans la formation d’imams et même le lancement d’une nouvelle fondation publique pour la construction de mosquées…

➝ Le projet anti-social de M. Macron

6) Augmentation de la CSG : Il propose « une hausse de la CSG de l’ordre de 1,7 point ». Les ménages devront donc payer 20 milliards d’euros d’impôts en plus ! Par exemple, un couple de retraités touchant chacun une retraite mensuelle de 1 200 € verra le revenu de leur foyer amputé de 36 € par mois.

7) Quasi-suppression de l’ISF : E. Macron veut supprimer l’ISF pour les très gros actionnaires (ses copains du CAC40 et des banques d’affaires). La moitié des réductions d’ISF irait dans les poches des très riches actionnaires, soit 2,5 milliards €. Le patrimoine des plus riches parmi les riches est surtout constitué de capital financier.

Exemple : un patron du CAC40 qui a un patrimoine de 15 millions d’euros constitué de 5 millions dans l’immobilier et 10 millions en actions : Aujourd’hui il paye 170 000 euros d’ISF. Avec Macron il payerait 35 000 euros d’ISF.

8) Augmentation de la taxation de l’assurance-vie à 30 % contre 23 % aujourd’hui : E. Macron augmenterait donc considérablement l’impôt sur les petits épargnants. E. Macron prouve une nouvelle fois qu’il préfère les très riches aux plus pauvres.

9) Aggravation de la loi El Khomri par la mise en place d’un plafond des indemnités prud’homales à la suite d’un licenciement : c’est une loi El Khomri puissance 10. Affaiblissement de notre droit social et du code du travail : il prévoit un code du Travail recentré autour de quelques principes, dépouillé de ses mesures protectrices et qui pourra être contourné par l’organisation de référendums d’initiative patronale au niveau de l’entreprise, pour tuer toute chance de dialogue social. Cela crée une concurrence à l’intérieur même d’une branche professionnelle. En somme, des règles minimes, et moins de protection pour les salariés.

➝ Rien pour la ruralité, rien pour les territoires. La France des oubliés définitivement oubliée

10) Rien n’est dit sur les traités de libre-échange. M. Macron a pourtant pris position en faveur du CETA (accord commercial entre l’UE et le Canada) qui va miner notre agriculture et affaiblir toujours plus nos agriculteurs, poursuivre l’effondrement de notre économie et de notre industrie, etc. On le voit ici très clairement, E. Macron louvoie et ne s’attaque pas aux sujets fondamentaux, qui affecteront pourtant très durement la vie des Français.

11) Une organisation territoriale qui profite aux seules grandes métropoles : le monde rural est le grand lésé du programme d’E. Macron, puisqu’il en est tout simplement absent. Ses mesures aggraveraient même l’enclavement de nos campagnes, puisqu’elles prévoient d’accentuer l’éloignement des citoyens de l’action publique que la loi NOTRe a engagée. Ainsi, il prévoit de supprimer 25 % des départements, en subordonnant aux métropoles les territoires qui les entourent. Les petites communes rurales de ces zones perdraient toute autonomie.

Je vous propose de retrouver mon projet et mes 144 engagements pour la France ici !

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 22:48

 

Communiqué de presse de David Rachline, directeur de campagne de Marine Le Pen

A l’occasion du grand meeting de Marine Le Pen à Nantes ce dimanche, les milices violentes d’extrême-gauche ont saccagé la ville, attaqué des bus de militants patriotes venus écouter leur candidate, et blessé plusieurs membres des forces de l’ordre.

Face à ces graves violences, la force de l’Etat ne s’applique pas, le Ministre de l’Intérieur est aux abonnés absents et ces casseurs bénéficient d’une impunité quasi-totale. Pire, ces faits ont lieu alors que le Premier ministre Bernard Cazeneuve a déclaré vouloir utiliser les quelques semaines qu’il lui reste au pouvoir pour « lutter contre le FN ».

Ce laxisme et ces déclarations au plus haut sommet de l’Etat créent un climat anti-démocratique grave et inquiétant à l’approche de l’élection présidentielle.

Nous rappelons solennellement que le rôle du Premier Ministre et du Ministre de l’Intérieur est d’assurer la sécurité des Français quels qu’ils soient, et de veiller au déroulement serein du débat démocratique et de la campagne présidentielle.

C’est par l’autorité de l’Etat rétablie et l’ordre retrouvé que nous irons avec Marine Le Pen vers une France apaisée.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 12:54

Communiqué de presse de Marine Le Pen

Des manifestations « contre les violences policières » sont prévues cet après-midi dans toute la France, suite à l’affaire Théo.

Alors que notre pays est toujours en état d’urgence, alors que ces manifestations ont systématiquement sombré dans la violence, la haine et les dégradations ces derniers jours, il est incompréhensible que le gouvernement n’ait pas pris les mesures qui s’imposent pour interdire ces rassemblements et garantir l’ordre républicain. Il faut mettre hors d’état de nuire les milices d’extrême gauche ultraviolentes vis à vis desquelles le pouvoir fait preuve d’une grande complaisance.

Ce serait aussi l’occasion d’éviter que ne soient une nouvelle fois entonnés d’immondes slogans insultants pour l’ensemble de nos forces de l’ordre et insultants pour la France.

Je demande donc aux autorités compétentes d’interdire ces manifestations à haut risque.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 11:21

Angela Merkel a reconnu samedi que la valeur actuelle de l'euro constituait un "problème" en raison de la politique mise en oeuvre par la Banque centrale européenne (BCE) afin de tenir compte de la situation des pays membres les moins puissants économiquement au sein de la zone euro.

"La BCE a une politique monétaire qui n'est pas orientée vers l'Allemagne mais plutôt adaptée au Portugal, à la Slovénie ou à la Slovaquie", a commenté la chancelière allemande lors d'une conférence sur la sécurité à Munich à laquelle assistait le vice-président américain, Mike Pence.

» L'euro est trop fort de 6% pour la France et trop faible de 15% pour l'Allemagne, selon le FMI

"Si nous avions encore le deutsche mark, il aurait certainement une valeur différente de celle de l'euro en ce moment. Mais il s'agit d'une politique monétaire indépendante sur laquelle je n'ai pas d'influence en tant que chancelière allemande", a-t-elle affirmé.

Ces déclarations interviennent après celles d'un conseiller de Donald Trump qui a accusé l'Allemagne de bénéficier d'un euro "largement sous-évalué" par rapport au dollar.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 13:12

Communiqué de Maître Marcel Ceccaldi, Avocat de Marine Le Pen

Certains médias ont réitéré des allégations déjà formulées opportunément par Martin Schulz dix jours avant les élections départementales de 2015 à l’encontre de Marine Le Pen, pour un contrat datant pourtant de 2011, se fondant sur le rapport final de l’OLAF dont la communication m’a d’ailleurs toujours été refusée.

Nous rappelons que l’OLAF est un organisme de la commission européenne contre lequel nous avons déposé une plainte pénale. Cette plainte vient justement de faire l’objet d’une désignation d’un juge d’instruction belge. Il est à noter que l’OLAF pourtant dûment saisie depuis deux ans a fermé les yeux sur les nombreuses irrégularités du mandat de Martin Schulz récemment rappelées par la presse allemande et la presse britannique (et non par la presse française…).

Le parlement ne peut ignorer, et toutes les preuves existent, que d’octobre à décembre 2011 les sommes versées au tiers-payant (seul habilité à rédiger les feuilles de paie et à verser leurs salaires aux assistants) et non reversées au salarié l’ont été au titre d’une régularisation tout à fait légitime, visée par le parlement européen et justifiée par ce même tiers-payant.
En d’autres termes, ma cliente conteste absolument les allégations selon lesquelles son assistant aurait touché la somme de 7200 euros nets par mois pour trois mois de travail à temps partiel.

Les sommes en question ont été versées à un tiers-payant au titre d’une régularisation, pour des salaires touchés par son assistant, correspondant à plusieurs mois de travail et d’un montant très inférieur à ceux avancés.

Par ailleurs, contrairement à d’autres allégations, ma cliente n’a jamais « reconnu avoir salarié fictivement » son assistant mais a fait procéder à une régularisation comptable. Elle n’a d’ailleurs jamais fait l’objet de la moindre audition de la part de l’OLAF.

 
 
 

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

Liens