Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 15:21

Bernard Cazeneuve a tranché : les gendarmes n’auront plus le droit de porter des grenades offensives. On entretient savamment la confusion autour du mot, amalgamant ces grenades offensives avec les grenades à fragmentation, utilisées sur les théâtres de guerre. Il va de soi que la gendarmerie française n’a jamais bombardé sa population à coup d’engins explosifs.

Cette décision est l’ultime étape du renoncement du pouvoir, l’ultime étape de l’abandon de l’autorité, la conclusion de tout le travail de sape commencé avec les drapeaux étrangers lors de l’élection de François Hollande et les lois anti-prison (mais pro-racailles) de madame Taubira. La mort d’un militant d’extrême gauche, c’est la mort de trop. Peu importe s’il était dans un groupe d’anarchistes qui, après avoir épuisé son stock d’acide puis de cocktails Molotov, continuait à s’en prendre aux représentants de l’État. La gendarmerie est clouée au pilori. La grande muette ne pouvant s’exprimer, faisons-lui endosser le chapeau et rachetons-nous une image de gauche à peu de frais.

Gageons que ces grenades pourront être ressorties lors de manifestations de droite, le pouvoir rêvant d’un dérapage en sens inverse mais désespérant devant l’inaction de ces fachos en puissance, ces dangereuses familles que l’on gaze avec bien moins de précautions lors de rassemblements pacifiques. La dictature d’une poignée d’écolo-anarchistes a vaincu. Bientôt, les lycéens leur emboîteront le pas, savamment entraînés par des profs idéologues, des associations droitdelhommistes et un NPA toujours dans les « bons coups ».

Le message est désormais parfaitement clair : la rue appartient aux casseurs et les forces de l’ordre sont priées de regarder sans broncher, de subir les violences sans commettre de bavure et si possible de s’excuser quand un délinquant trébuchera. Dans une politique budgétaire cohérente, on recentrera le travail de notre gendarmerie là où il est essentiel : sur le bord des routes. Le contrevenant français est discipliné et paiera sans broncher. Il s’excusera même pour avoir oublié de mettre sa ceinture. Les délinquants de la route n’ont pas besoin d’être contenus à coups de grenades : ils ont déjà perdu la guerre de la répression et sont lessivés financièrement.

Mesdames et Messieurs les gendarmes, Mesdames et Messieurs les gardiens de la paix, combien de temps allez-vous tolérer cela ? Vous êtes-vous engagés au service de la France pour être traités de la sorte ? Pour être pointés du doigt en permanence comme des coupables ? Mesdames et Messieurs les militaires, vous êtes-vous engagés à risquer votre vie pour la France quand celle-ci vous juge dépassés et considère que vous êtes une variable d’ajustement budgétaire ?

Vous êtes tenus au devoir de réserve pour la plupart d’entre vous, mais le peuple que vous défendez vous défend à son tour. Nous sommes unis. Nous vous soutenons. Allons-nous nous laisser faire par un pouvoir idéologue, liberticide et menteur ? Vous avez prêté serment à la France et non au socialisme. Pouvons-nous raisonnablement être dirigés par un pouvoir représentant 13 % d’opinions favorables ? La rue n’appartient pas aux casseurs mais au peuple de France. Nous sommes un et indivisibles. ( Thibaut Ronet )

Partager cet article

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

commentaires

Liens