Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 13:43

Tous les individus interpellés mercredi matin et placés en garde à vue dans le cadre d’une opération de police très médiatisée visant officiellement des « islamistes radicaux » (sic) présumés ont été relâchés vendredi 6 avril sans être poursuivis, au terme de 37 heures de garde à vue. Sur les dix personnes arrêtées, quatre avaient déjà été remises en liberté jeudi soir. L’un des avocats de deux frères, interpellés à leur domicile, a dénoncé le 7 avril à Pau une « bavure » et a annoncé son intention de demander réparation au civil.

La super-médiatisation de cette opération (certaines chaînes de télé ayant été prévenues la veille au soir) de cette seconde opération de police, après celle du 30 mars contre le sous-groupuscule salafiste Forsane Alizza, n’aura donc été qu’une vaste mise en scène pseudo sécuritaire de quelques dizaines d’heures. On s’en doutait déjà, on en a maintenant la preuve.

Parmi les interpellés du 4 avril, se trouvait un islamiste tchétchène qui vivait en France sous « statut de réfugié politique » et qui désormais « sera assignée à résidence ». Selon l’AFP, il s’agirait « d’un Tchétchène né à Grozny en 1991, domicilié dans les Hauts-de-Seine, ‘qui fait beaucoup de propagande très radicale sur internet et professe les thèses les plus fondamentalistes de l’islam’. Selon la même source, Facebook a suspendu à plusieurs reprises son compte. L’individu aurait publié sur internet des vidéos de décapitation, des photos de combattants tchétchènes, et dit posséder plusieurs armes dont il affirme que certaines ont déjà servi, selon cette source. Ses parents avaient obtenu le statut de réfugié politique à leur arrivée en France, il y a plusieurs années, alors qu’il était mineur. A sa majorité, il a bénéficié du report de statut de réfugié politique sur sa personne. »

Un autre islamiste tchétchène recherché par les services de police vivait jusqu’alors tranquillement dans le quartier Maugout, à Saint-André-les-Vergers dans l’Aube.

Ces individus sont connus pour leurs opinions militantes très proches de celles de Doku Umarov, l’ »émir » du Caucase, chef salafiste (bien qu’il s’en défende) des groupes armés jihadistes qui opèrent dans une zone allant du Daghestan à l’Ingouchie, en passant par la Tchétchénie, depuis plusieurs années.

La France, tout comme un certain nombre de pays de l’Union européenne à l’instar de la Belgique, est connue pour abriter des réseaux de soutien et de propagande à la cause anti-russe dans le Caucase du nord, y compris des réseaux affiliés idéologiquement au salafisme révolutionnaire. Comme kavkazcenter, ce site pro-terroriste parfaitement légal en France, ayant même été hébergé dans notre pays au plus fort des opérations antiterroristes menées par les troupes russes dans le Caucase, en plein accord avec les autorités françaises qui ont refusé les demandes russes exigeant sa fermeture (source).

Partager cet article

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

commentaires

Liens