Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 00:13


 

 

Communiqué de Gilles Lebreton 

Vice-Président du SIEL

Député français au Parlement européen

Conseiller de Marine Le Pen chargé de l'enseignement supérieu




Dans mon discours au Parlement européen du 7 octobre 2014, j'avais reproché publiquement à Frans Timmermans d'accepter de seconder Jean-Claude Juncker, que j'avais qualifié d'"ancien gérant d'un paradis fiscal". La presse vient de révéler que mon accusation était exacte.
Elle vient en effet de prouver l'existence d'accords secrets de 28 000 pages (!) par lesquels le Luxembourg a organisé l'évasion fiscale de 340 sociétés multinationales, parmi lesquelles Apple, Amazon, Heinz, Pepsi, ou encore Ikea. Or ces accords ont été passés entre 2002 et 2010, c'est-à-dire à une époque où le Premier ministre du Luxembourg était... Jean-Claude Juncker, aujourd'hui président de la Commission européenne.
Juncker était donc bien, comme je l'avais affirmé, le gérant d'un paradis fiscal. Une lourde suspicion pesait sur lui depuis longtemps. Le Monde Economie rapporte ainsi les propos d'un spécialiste de la lutte contre la fraude fiscale qui le qualifiait de "véritable pirate capable d'agressivité pour défendre certains régimes fiscaux luxembourgeois".
Comment dès lors les eurolâtres ont-ils pu installer le 1er novembre 2014 un tel homme à la tête de la Commission ? C'est à mon avis hélas probablement pour tenter d'enterrer le plus rapidement possible le scandale. Une enquête sur les agissements fiscaux luxembourgeois est en effet ouverte depuis juin 2014 par la Commission européenne. Mettre Juncker à la tête de cette Commission est donc le plus sûr moyen de la faire capoter. L'accusé devient juge de sa propre accusation, il suffisait d'y penser ! Plus rien n'arrête l'oligarchie européenne, qui se moque des peuples comme de sa première chemise.
Toute honte bue, les députés européens du PPE (auquel appartiennent les députés UMP) cautionnent cette manipulation. Leur chef de file, l'Allemand Manfred Weber, vient de confirmer leur confiance à Juncker. Les députés socialistes font quant à eux semblant de protester : ils demandent des "explications". Mais leur pseudo-indignation est juste destinée à tromper leurs électeurs (quand se réveilleront-ils ?), car l'une d'entre eux, Pervenche Bérès, vient d'avouer en parlant de Juncker qu'"on attend de lui qu'il soit un parrain repenti". 
"Parrain", le mot est lâché et il est exact, car c'est bien d'agissements quasi-mafieux dont il s'agit. Juncker n'est plus un homme politique, c'est un délinquant. Il a détourné des budgets nationaux, et notamment du budget français, des centaines de milliards d'euros au profit de multinationales, et il veut infliger aujourd'hui une cure d'austérité aux peuples européens pour leur faire payer la note !
Il doit démissionner. Le peuple français peut compter sur la détermination des députés européens Bleu Marine, qui feront le maximum pour ébranler les colonnes du Temple oligarchique.

Partager cet article

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

commentaires

Liens