Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 12:11

 

 Nos visionnaires bisounours français ont aidé , soutenu, parfois armés les printemps arabes. Après les victoires des islamistes en Tunisie et au Maroc c'est le raz de marée en Egypte ce qui risque de changer la donne géopolitique de toute la région.Cela donnera, n'en doutons pas du punch aux salafistes de france. Merci Mo nsieur le Président pouir votre lucidité et votre clairvoyance.

Vous devriez vous mettre à lire Bainville.......... c'est hélas trop tard

salafistes font une percée

Après la Tunisie, la Libye et le Maroc, les islamistes à la faveur des « révolutions arabes » s’affirment en Egypte. Le premier scrutin législatif de l’Egypte de l’après-Moubarak, vient de permettre aux Frères musulmans de s’imposer avec 40 % des voix à l’issue de cette première phase des législatives, qui semble avoir massivement mobilisé, comme l’indique la commission électorale. Dans la foulée de cette poussée islamiste, le parti salafiste Al-Nour fait une véritable percée avec 20 % des suffrages exprimés, dépassant même parfois « Liberté et Justice » des Frères musulmans dans plusieurs circonscriptions.

Le taux de participation lors de cette première phase des législatives dans un tiers de l’Egypte a atteint 62 %. Premiers indicateurs d’un scrutin complexe qui s’échelonnera sur quatre mois, ces résultats traduisent les votes de lundi et mardi dans le premier tiers de l’Egypte, alors que les élections vont se poursuivre dans tout le pays, jusqu’au 11 janvier pour les députés, puis jusqu’au 11 mars pour la Choura (Sénat).

En tout état de cause, salafistes et Frères musulmans entendent bien exiger à nouveau le départ du Conseil suprême des forces armées, les militaires au pouvoir depuis le renversement de Moubarak. C’est à cette seule condition que la réislamisation radicale du pays pourra se tenir.

Alors que l’inquiétude est palpable dans les milieux laïques égyptiens et au sein de la communauté chrétienne copte, à la perspective d’un Parlement quasi entièrement aux mains des Frères musulmans et des salafistes, à Washington on ne s’affole surtout pas. Il est vrai que depuis l’ère de Bush Junior, quand Condy Rice entamait une approche de la mouvance frèriste au nom du Département d’Etat, jusqu’à l’initiative récente d’Hillary Clinton d’engager un dialogue avec « les Frères » au nom de la « démocratie », la politique américaine s’est délibérément orientée vers une acceptation d’un islamisme d’apparence occidentalo-compatible, comparable à celui qui s’est imposé en Turquie avec Erdogan.

Pas sûr que les salafistes, qui auront la minorité de blocage à la Choura, soient de cet avis. Mais comme ils sont parrainés très largement par les dictatures wahhabites du Golfe persique, alliées des Etats-Unis et de l’Union européenne, il faut désormais s’attendre à tout.

Partager cet article

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

commentaires

Liens