Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 20:42

 

Est-ce qu’on a le droit d’aimer l’histoire de France ? Est-ce qu’on a le droit de raconter cette histoire sans être taxé de réac ou de facho ? » Ce soir-là, sur le plateau de Touche pas à mon poste, sur D8, Lorànt Deutsch s’est fâché. Voilà des mois que certains, à gauche, lui rabâchent qu’il est suspect, par ses écrits, de diffuser des idées “dangereuses”. Face à lui, Gilles Verdez, chroniqueur et journaliste, connu surtout pour ses livres sur le football : le Roman noir des Bleus ou la Face cachée de Franck Ribéry.

Lui non plus n’a pas aimé Hexagone, le dernier ouvrage du comédien (paru chez Michel Lafon) : « Je trouve que votre livre est dangereux parce que c’est un livre de la France blanche, de la France nationaliste. […] C’est l’histoire des mythes fondateurs, des mythes de la nation, des grands personnages, de la monarchie, donc l’histoire des rois de France », martèle-t-il. « C’est une histoire qui flirte avec les thèmes identitaires de l’extrême droite et je trouve que, sortir ce livre par les temps actuels, c’est dangereux ! », conclut-il avant de reconnaître qu’il n’en a « lu qu’une partie parce que c’est un livre réac et que, même dans la religion, vous êtes problématique »…

Jugeant que son précédent ouvrage, Métronome, « fleurait un peu la IIIe République », Télérama ne ménage pas non plus ses critiques : le comédien « serait à l’histoire ce que Jean-Pierre Pernaut est à la géographie. Une sorte de mousquetaire franchouillard, fier de son patrimoine, doucement réac. Le visage fédérateur de la France du repli ». Deutsch a beau jurer qu’il n’est en rien militant, Marianne estime que « l’esprit des historiens maurrassiens Pierre Gaxotte et Jacques Bainville » souffle sur ces pages : Hexagone distillerait « des raccourcis qui demeurent l’apanage des courants conservateurs ».

Ces accusations ont une source : un collectif d’historiens militants qui poursuivent Lorànt Deutsch depuis le succès de Métronome. Soutenus par Alexis Corbière, l’un des responsables du Parti de gauche (fondé par Jean-Luc Mélenchon), Christophe Naudin, Aurore Chéry et William Blanc reprochent à Deutsch sa description de la conquête musulmane, au VIIIe siècle, inspirée, d’après eux, par une idéologie malsaine : « Coran dans une main, cimeterre dans l’autre, écrit Lorànt Deutsch, ils ont envahi Narbonne et sa région, massacrant les défenseurs de la ville, […] offrant terres et habitations à des milliers de familles musulmanes venues d’Afrique du Nord […]. »

Dans la tribune qu’il publie dans Le Huffington Post, ce trio ne lui oppose pas d’argument historique mais note seulement que la bataille de Poitiers (732) « reste une référence des groupes identitaires et de l’extrême droite qui, jusqu’à Marine Le Pen, voient dans la victoire de Charles Martel une Gaule […] sauvée du péril musulman […] ». Ce qui suffirait, selon cette rhétorique, à discréditer son livre.

« Faire des procès quand on parle d’Histoire, c’est dangereux, a répliqué Lorànt Deutsch. Il ne faut pas juger l’Histoire au regard de l’actualité contemporaine. Sinon, on quitte l’Histoire et on fait de la politique, c’est réducteur », dit-il en ajoutant qu’il n’a qu’une ambition : « donner envie aux gens de découvrir l’histoire de notre pays ». Et les Français en redemandent : sorti en 2010, Métronome s’est vendu à près de 2 millions d’exemplaires !

@Valeurs

Partager cet article

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

commentaires

Liens