Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 10:00

Les sondages, pour reprendre la formule consacrée, ne sont que la photographie des opinions en un moment donné et ne sauraient donc avoir une valeur prédictive absolue. Quelque soin que prennent les instituts spécialisés à constituer leurs échantillons de population – leurs panels –, leurs enquêtes comportent toujours une marge d’inexactitude incompressible, et d’autant que pour telle ou telle raison il arrive que les sondés ne répondent pas avec une franchise entière. Enfin, et surtout, il arrive qu’avant publication leurs résultats soient faussés par des corrections, voire des manipulations, soit par suite d’erreurs méthodologiques, soit que le désir de satisfaire ceux qui les ont commandés ou d’influencer le public l’emporte sur le souci de la vérité.

Cela dit, et ces réserves faites, on ne peut que constater l’existence de ces instruments de mesure politique, sociologique ou commerciale et le rôle grandissant qu’ils ont acquis sur le théâtre de notre vie.

Pour n’en donner qu’un exemple récent, le sondage réalisé par l’IFOP et paru hier dans Le Journal du Dimanche me semble particulièrement intéressant et significatif. À la question de savoir qui incarnait le mieux, à droite, l’opposition à François Hollande, au gouvernement et à la majorité actuels, les sondés ont répondu en ordre décroissant : Marine Le Pen (61 %), Nicolas Sarkozy (21 %), Alain Juppé (8 %), François Fillon (4 %) et François Bayrou (4 %).

Que la présidente du Front national arrive en tête de ce classement n’a rien de si étonnant à première vue. Cette première place reflète la progression continue de sa popularité et des intentions de vote en faveur de son mouvement, telle que l’ont déjà traduite d’autres sondages et les résultats des dernières consultations électorales. On observera également que, n’ayant pas de rival déclaré dans son parti, elle y fait évidemment le plein de ses voix, tandis qu’il y a dispersion et rivalités au sein de la droite et du centre « républicains » dont les champions se présentent dans le même désordre que les trois Curiaces de la tragédie de Corneille.

Il n’empêche que la distance entre Marine Le Pen et le premier de ses poursuivants est considérable, puisqu’elle ne met pas moins de quarante points dans la vue à l’ancien président de la République et que ses autres concurrents sont irrémédiablement semés. Il y a là un premier fait politique nouveau, et d’autant que si la droite « de gouvernement » faisait son unité, comme en rêve et tente de le réaliser Nicolas Sarkozy, elle serait encore, toutes tendances réunies, reléguée à vingt-quatre points derrière la fille du Chef.

Au-delà de ce constat, et puisqu’il s’agissait, rappelons-le, de désigner l’opposant n° 1, la réponse donnée signifie clairement que les électeurs ont enfin majoritairement compris que si la droite donne les mêmes réponses que la gauche aux problèmes majeurs que nous posent la crise économique, financière, sociale et morale de ce pays, le chômage, l’insécurité, l’immigration et les institutions européennes, les querelles, les rivalités, les différends entre deux camps qui sont d’accord sur l’essentiel ne sont que des leurres et des artifices agités et conçus pour les duper. Ce que révèle en creux ce petit sondage qui n’a l’air de rien, c’est que les Français, pas si bêtes, ont enfin identifié l’UMPS et qu’ils renvoient dos à dos les deux compères et le système dont ils sont l’incarnation. (Dominique JAMET)

Partager cet article

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

commentaires

Liens