Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 15:14

J’aime bien Nicolas Dupont-Aignan. Il est sympathique et me rappelle furieusement le groupe Partenaire Particulier — des chanteurs d’école de commerce des années 80. Il tient habituellement quelques propos roboratifs qui laissent penser que la droite française n’est pas définitivement morte, tuée par le politiquement correct ou l’accusation de fascisme qui refleurit chaque année depuis 60 ans. Frappés au coin du bon sens, ses propos sur les Roms ou sur les immigrés font regretter qu’il lui manque de solides convictions sur la famille, le mariage, la défense de la vie, et autres sujets qui n’ont rien d’accessoire. Ils sont même indissociables d’une dénonciation bienvenue des ravages du mondialisme, de l’ultralibéralisme et de cet européisme béat qui pollue toujours les esprits d’une bonne partie de la droite française et de ses électeurs.

Mais il est un pas que Nicolas Dupont-Aignan refuse de franchir, c’est celui de l’union des — vraies — droites. On ne l’a pas encore entendu dire qu’il lui semblait indispensable de former un vaste conglomérat souverainiste, patriote, antimondialiste, et fermement décidé à unir ses forces au-delà des divergences légitimes d’appréciation pour remettre notre pays sur le droit chemin. Il restera donc le chef d’un micro-parti.

Or, la configuration actuelle des partis politiques rend indispensable une première phase : faire exploser l’UMP. Actuellement, seul le vote FN semble utile pour cela. Même si les Dupont-Aignan, Boutin, Vanneste, Sens commun et autres sont plus sympathiques que Marine Le Pen et son entourage, ils sont incapables de dynamiter l’énorme machine et de provoquer la saine recomposition de la droite autour des vrais clivages actuels : l’Europe, la place de l’Homme dans la société, l’identité nationale.

Certes, ils ne sont pas d’accord sur tout. Difficile de confronter notre ami Christian Vanneste à Steeve Briois, Christine Boutin à Florian Philippot. Certes, le rapprochement avec le FN reste une opération risquée qui vous grille médiatiquement et sans délai. Mais quand la maison brûle, discute-t-on du numéro des pompiers ?

Que fera Dupont-Aignan de son petit pourcentage aux européennes, s’il ne peut l’agréger à un conglomérat uni par quelques principes clairs ? Ni système, ni extrêmes : la formule percute. Et après ? S’il continue de clamer son rejet de toute alliance avec le Front national, il terminera comme tous les souverainistes : isolé, ou assimilé par l’UMP. Dans les deux cas, on ne les entend plus.

Allons, Monsieur Dupont-Aignan, Marine Le Pen n’est pas le diable. C’est une partenaire particulière, pas trop timide, avec une bonne dose de savoir-faire. Une petite conversation entre vous ne vous tente vraiment pas ?

L’année du centenaire de l’union sacrée, alors que nous commémorons le sacrifice des pantalons rouges de 1914, tombés pour la défense de leur patrie, nous aimerions vous entendre tous ensemble crier : Debout la France ! ( GabrielRobin)

Partager cet article

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

commentaires

Liens