Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 18:52

A quelques mois des échéances présidentielles l’UMP sort une nouvelle proposition relative à la question migratoire : remettre en vigueur les lois Pasqua de 1993, lois visant à conditionner l’obtention de la nationalité française à la manifestation d’une volonté expresse, pour les individus de 18 ans nés de parents étrangers.

Sur la forme, cette tentative est totalement pathétique : il s’agit là d’une tentative désespérée du président de la République, cheval en bout de course, de récupérer les électeurs patriotes et nationaux. Pourtant, après dix ans de pouvoir sans partage, il n’est plus, pour l’UMP, l’heure des promesses illusoires mais bien celle du triste bilan : c’est parce que le bilan de la politique migratoire de Nicolas Sarkozy est mauvais que cette énième tentative d’enfumage est vouée à l’échec.

Sur le fond, tout prouve que derrière les annonces et les postures, le Chef de l’Etat et ceux qui l’entourent demeurent en réalité attachés à la poursuite de l’immigration massive et destructrice que connait aujourd’hui notre pays. La proposition qui est faite ne changerait en effet rien à la situation actuelle : loin de remettre en cause le droit du sol, les mesures envisagées seraient en réalité la consécration de ce dispositif, véritable pompe aspirante de l’immigration. Ce n’est qu’en remettant en cause le droit du sol, au profit d’un dispositif favorisant une nationalité « au mérite », que nous retrouverons demain la nécessaire maitrise de notre politique migratoire.

Nicolas Sarkozy parlait autrefois de politique migratoire « choisie et non-subie » ; sans doute n’avions nous pas compris que le choix appartiendrait en définitive aux immigrés qui choisiront demain s’ils veulent ou pas devenir français… mais qui doute véritablement de leur réponse ?

gael Nofri

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 18:23

Draghi, Papadimos, Monti : le putsch des banquiers et de Goldman Sachs sur l'Europe

 

Mario Draghi est le nouveau patron de la Banque centrale européenne (BCE). Loukas Papadimos vient d’être désigné comme premier ministre grec. Mario Monti est pressenti comme président du conseil italien. Ce sont trois financiers formés aux Etats-Unis, dont deux anciens responsables de la sulfureuse banque Goldman Sachs. Est-il bien raisonnable de recruter les incendiaires comme pompiers ? Explications.

Mon premier s’appelle Mario Draghi. Il est diplômé d’économie du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été chargé des privatisations italiennes de 1993 à 2001. Il est devenu gouverneur de la Banque d’Italie en 2006. De 1993 à 2006, il a siégé dans divers conseils d’administration de banques. De 2002 à 2006 il a été vice-président pour l’Europe de Goldman Sachs, la sulfureuse banque d’affaires américaine. Il vient d’être nommé président de la Banque centrale européenne (BCE).

Mon second s’appelle Loukas Papadimos. Lui aussi est diplômé du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été professeur à l’Université américaine de Columbia avant de devenir conseiller économique de la Banque de réserve fédérale de Boston. De 1994 à 2002, il a été gouverneur de la Banque de Grèce : poste qu’il occupait quand la Grèce s’est « qualifiée » pour l’euro, grâce à des comptes falsifiés par Goldman Sachs. Puis, il a été vice-président de la Banque centrale européenne (BCE). Il vient d’être nommé, sur pression de l’Union européenne et du G20, premier ministre de Grèce avec le soutien des deux partis dominants.

Mon troisième s’appelle Mario Monti. Il est diplôme de l’Université de Yale. Il a étudié le comportement des banques en régime de monopole. Puis il a été durant dix ans commissaire européen, de 1994 à 2004. D’abord « au marché intérieur et aux droits de douane » (ou plutôt à leur suppression) puis à la concurrence. Membre de la Trilatérale et du groupe de Bilderberg – selon Wikipédia – il a été nommé conseiller international de Goldman Sachs en 2005. Il vient d’être nommé sénateur à vie et l’Union européenne et le G20 tendent de l’imposer comme président du conseil italien.

Mon tout c’est trois financiers européens (?), trois hommes de la superclasse mondiale, formés dans les universités américaines et étroitement liés à Goldman Sachs.

(Polémia)

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 07:51

 

La presse et l'UMPS font mine de laisser croire que une nouvelle austérité va apparaître après les présidentielles de 2012. Il y a7 mois nous annoncions cette austérité.

En vérité Sarkozy et l'UMPS ont caché la vérité aux Français et n'ont pas pris les décisions nécessaires pour enfumer les électeurs. Il y a 7 mois Marine Le Pen disait touit cela, et l'UMPS répondait que c'était n'importe quoi. Pourtant, elle disait la VERITE!

 

"Vers l'austérité après 2012

« Depuis trente ans, la France n'a pas su gérer ses finances publiques. Le ratio de dette n'a presque jamais cessé d'augmenter, la politique budgétaire a souvent été à contretemps de la stabilisation conjoncturelle et le pays a gaspillé sa crédibilité vis-à-vis de ses partenaires à force d'engagements non tenus.

L'échéance cependant est venue et la prochaine élection présidentielle sera dominée par la question budgétaire. Pour deux raisons, interne et externe. La première est que, pour reprendre la maîtrise de ses finances publiques, la France va devoir dès la prochaine mandature procéder à un ajustement sans précédent de l'ordre de 4 points de PIB (80 milliards). La deuxième est qu'à la demande des pays créanciers, qui ne veulent plus tolérer les déficits permanents de leurs partenaires, la surveillance budgétaire européenne va être bien plus prégnante.

Cette double contrainte s'imposera à tous les candidats. Ceux-ci n'auront pas vraiment le choix de l'objectif, seulement ceux du rythme et des moyens. Il est donc souhaitable que le débat électoral porte sur la stratégie de redressement, c'est-à-dire sur l'équilibre entre ajustement par les recettes et/ou par les dépenses, et surtout sur la nature des mesures de recettes et de dépenses.

Il est donc temps de changer de méthode : de distinguer ce qui relève des disciplines inévitables et ce qui ressort du choix politique ; de mettre la politique budgétaire en état de servir les objectifs économiques ; et de regagner une crédibilité perdue. « ( extrait du livre « quelles réformes pour sauver l'État »)

Voilà qui est dit: le prochain quinquennat sera celui de la rigueur et le destin qui nous guette ressemble à s'y méprendre à celui des pays en difficulté dans la zone euro,

Nicolas Sarkozy afin d'arriver à 2012 avec un bilan , a différé les mesures à prendre et a continué à creuser les déficits. Contrairement à ce que la communication gouvernementale nous raconte nous ne nous en sortons pas mieux que les autres, simplement l'austérité a été reportée après 2012. L'unique credo des Europhiles, est de solder la situation en augmentant les impôts et en réduisant les dépenses. Voire comme en Grèce et au Portugal en bradant au privé les services publics. Cet ensemble de mesures étant contraint par les décision de la BCE et Eurogroupe.

Face à cette fuite en avant, d'autres solutions sont possibles qui, même si elles ne nous exonèrent pas de tout effort nous permettront de retrouver notre liberté et des marges de manœuvres. Préparer la fin de l'Euro et redéfinir une nouvelle Europe sont des éléments de la reconquête de notre souveraineté économique, sociale et politique

 

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 22:37

  Voilà qui est le possible successeur de Berlusconi. Mario Monti est le représentant de l'internationale financière. .

"Mario Monti est actuellement président de l'université Bocconi de Milan et un responsable de Bruegel, un think tank européen fondé en 2005. Dès 2005 il est International Advisor pour Goldman Sachs. Depuis 2010, il est aussi Président de la section Europe à la Commission Trilatérale[1]. Il est également membre du comité de direction du groupe Bilderberg[2].

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 21:37

Le nouveau plan d'économies présenté par la France fait débat outre-Rhin. Alors que le gouvernement allemand en fait spontanément l'éloge, les entrepreneurs ne sont pas forcément du même avis.

"Ces mesures ne vont pas suffire: la France a un gros problème de croissance, de productivité et je ne la vois pas les résoudre en peu de temps avec ce plan", indiquait mercredi à Berlin le président de la Fédération des exportateurs allemands (BGA), Anton Börner, devant l'Association de la presse étrangère (VAP). "Je ne crois pas qu'un président français puisse s'attaquer aux privilèges comme le nécessiterait l'économie or les marchés financiers sont devenus impatients: pour eux la France est devenue un facteur de risque à prendre très au sérieux", estime ce représentant d'entreprises réalisant au total quelque 1200 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel à l'export.

"Jusqu'ici le lien entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy a tenu mais une fois Sarkozy réélu cela va se rompre et dès l'été prochain nous aurons une situation encore plus grave qu'aujourd'hui, la France étant le prochain domino alors que nous n'aurons pas même résolu le cas italien", prédit, pessimiste, Anton Börner

Selon lui le rapprochement entre Paris et Berlin est tout simplement impossible. "La mentalité des Français est beaucoup plus proche de celle des Italiens que de celle des Allemands", explique-t-il.

Un éclatement de la zone euro

S'attendant à terme à un éclatement de la zone euro, Anton Börner ne s'en alarme pas outre mesure, un "bloc monétaire avec l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Autriche, la Finlande, peut-être le Danemark" devant s'y substituer.

"L'euro est important pour nous les exportateurs mais pas tant que cela (...) si nous exportons tant dans la zone euro cela n'a rien à voir avec le fait d'avoir une monnaie commune mais plutôt, dans le marché intérieur européen, avec l'absence de droits de douane".

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 18:32

  La jeunesse française n'est pas celle des "Indignés" qui se réclament de la morale à trois euros de Stéphane Hessel et que la gauche altermondialiste et antisioniste survend dans les médias. Ces protestataires-là, qui font déplacer journalistes et caméras depuis que leur mouvement poussif a été lancé en mai, ne sont pas cinquante à s'être installés devant la Grande Arche de la Défense, au cœur du quartier d'affaires de Paris, avec la prétention de représenter, disent-ils, les 99% de la population qui subissent la loi du 1% des puissants. L'Humanité en a même compté...vingt, ce qui n'empêche pas le quotidien communiste de consacrer une page, ce mercredi, à ce non événement. Le fiasco des manifestants et de leurs soutiens est, en fait, l'échec du jeunisme, cet artifice dont la gauche "sympa" fut friande. Le procédé démagogique, qui voulait voir dans le "jeune" un allié du progressisme, a suscité son propre rejet. La Révolution conservatrice, ce phénomène européen qui s'inscrit en réaction aux politiques de la table rase, gagne la jeunesse abusée.

Une enquête du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), menée auprès de lycéens et étudiants et publiée dans Le Monde de mardi, illustre ce retournement réactionnaire, à propos de l'armée. A l'antimilitarisme et à la détestation de tout ce qui pouvait se rapporter à la nation, ce fond de sauce du discours moderniste, a succédé un surprenant plébiscite des jeunes pour l'armée. Ils sont 85 % à lui accorder leur confiance. Le devoir et la discipline rencontrent l'adhésion, mais également la notion de sacrifice et le désir d'être utile à son pays. Pour les sondés, un bon soldat est d'abord "courageux", note Le Monde. Dans leurs représentations, l'armée doit d'abord "défendre" et "protéger", avant de faire la guerre. A noter que si l'armée arrive en première position, la dernière place est détenue par les partis politiques, qui ne recueillent la confiance que de 13% des sondés. Ce rejet alimente un populisme qui trouve un écho de plus en plus important chez les moins de trente ans, selon une autre étude du centre de réflexion britannique Demos.

"Alors que de nombreux pays européens ont les yeux fixés sur l'état de leur économie, une autre crise de confiance se prépare," note Jamie Bartlett, auteur de ce dernier rapport."Dans toute l'Europe, des jeunes gens se sentent abandonnés par les partis traditionnels et leurs représentants et affichent  de la sympathie pour les groupes populistes. (...) A leurs yeux, les principaux partis politiques ont perdu le contact avec la réalité, sont insipides et lointains, incapables de répondre aux difficultés qu'ils rencontrent quotidiennement". L'étude britannique montre notamment que la montée de l'islamisme, perçue comme une menace, fédère de plus en plus de personne en Europe. Une constatation que l'enquête planétaire sur la jeunesse, menée par la Fondation pour l'innovation politique, avait déjà faite il y a quelques mois, en notant également l'attachement des jeunes européens à leur culture et à l'intégration.
 
Cette jeunesse indignée, qui n'intéresse pas les médias, risque fort de faire parler d'elle en 2012.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 18:15

 

Le gouvernement Sarkozy vient de porter un nouveau coup très violent contre le pouvoir d’achat des Français : hausse de la TVA, quasi gel des allocations sociales, coupes dans les dépenses de santé. Après la hausse des mutuelles et de la CSG, une nouvelle fois c’est le peuple qui paie : salariés, classes moyennes et populaires, retraités.

Les autres mesures annoncées relèvent de l’enfumage, comme la surtaxe exceptionnelle d’impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises, alors qu’on sait que les grands groupes ne paient quasiment pas l’impôt sur les sociétés. Ou alors elles sont parfaitement ridicules : il est en effet piquant de constater qu’après avoir multiplié par trois son salaire le président de la République consente à ne plus l’augmenter ! Quelle générosité de sa part, quand on sait que 8 millions de personnes sont sous le seuil de pauvreté.

Cette baisse organisée du pouvoir d’achat n’a aucun sens, a fortiori en période de crise. Elle est même criminelle.
En poussant les Français à l’agonie économique et sociale, on précipite la chute du pays et l’explosion de la dette. La Grèce, le Portugal, l’Espagne et l’Italie ont connu ce processus avant nous.

Complètement perdu face à la crise de l’euro et en panique devant les injonctions des marchés financiers, le gouvernement Sarkozy a choisi de mépriser l’angoisse des Français devant la cherté de la vie, et tue à l’avance tout espoir de reprise économique.

Celui qui promettait d’être le président du pouvoir d’achat est aujourd’hui le président du désespoir d’achat.

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, prendra si elle est élue des mesures enfin énergiques contre la dette, fera les vraies économies dont le pays a besoin, tout en protégeant le pouvoir d’achat des Français.

Il faut pour cela changer de logique et combattre immédiatement toutes les mauvaises dépenses publiques. Arrêt des plans de renflouement des pays victimes de l’euro, aussi inutiles que ruineux, lutte sans merci contre la fraude sociale (qui coûte 20 milliards d’euros par an), réduction drastique des budgets de l’immigration (droit d’asile et aide médicale d’État) et arrêt des cadeaux fiscaux aux puissances d’argent (niche fiscale dite Copé) sont quelques exemples de mesures qu’il faut avoir le courage de prendre rapidement.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 12:44

 

La candidate du Front national Marine Le Pen obtiendrait 27% des voix des agriculteurs, contre 33% à Nicolas Sarkozy, si le 1er tour de l'élection présidentielle avait lieu dimanche, selon un sondage BVA pour le portail internet spécialisé Terre-net, publié vendredi. (c) Afp

La candidate du Front national Marine Le Pen obtiendrait 27% des voix des agriculteurs, contre 33% à Nicolas Sarkozy, si le 1er tour de l'élection présidentielle avait lieu dimanche, selon un sondage BVA pour le portail internet spécialisé Terre-net, publié vendredi.

Le président sortant et la présidente du FN laisseraient loin derrière les autres candidats: François Hollande (PS) recueillerait 12%, François Bayrou (MoDem) 10%, Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) 6%, Dominique de Villepin (République solidaire), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) et Eva Joly (Europe-Ecologie-Les Verts) 3% chacun. 1% voterait pour Christine Boutin, et autant pour Jean-Pierre Chevènement et le chasseur Frédéric Nihous.

En 2007, au 1er tour, les agriculteurs avaient voté à 51% pour Nicolas Sarkozy, et à 7% seulement pour Jean-Marie Le Pen, selon BVA. François Bayrou avait obtenu 14% dans cet électorat et Ségolène Royal 11%.

En 2012, au second tour, les agriculteurs voteraient massivement pour Nicolas Sarkozy (65% contre 35% à Mme Le Pen), selon l'enquête de BVA.

Sondage réalisé du 3 au 11 octobre 2011 par internet auprès d'un échantillon national de 912 agriculteurs professionnels âgés de 18 ans et plus

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 09:42

 

 Derrière les déclarations européistes de notre Président, voilà ce que pensent les Français de l'aide à la Grèce et de l'avenir de l'Euro. Le moins que l'on puisse dire c'est que le gouffre se creuse entre le Peuple et les élites qui le gouvernent.

"Près des deux tiers des Français désapprouvent l'augmentation de la contribution financière de la France au plan d'aide à la Grèce, selon un sondage Ifop à paraître dimanche dans Dimanche Ouest France.

Selon ce sondage réalisé les 2 et 4 novembre auprès d'un échantillon de 1.040 personnes, sélectionné selon la méthode des quotas, 63% des Français désapprouvent l'augmentation de la contribution financière française.

Le projet n'est ainsi approuvé que par 37% des personnes interrogées, dont 5% l'approuvent "tout à fait".

Paradoxalement, les Français sont un peu plus nombreux à soutenir le plan de sauvetage de la dette grecque qu'en septembre dernier (37% contre 32%).

Les cadres supérieurs et les personnes âgées sont les catégories les plus favorables au plan. Les sympathisants de l'UMP l'approuvent à 55%, contre 38% pour les sympathisants de gauche et 14% chez les proches du Front National.

Les Français se montrent très pessimistes quant à la perspective que la Grèce rembourse l'argent prêté par les pays de l'Union européenne (89%, +2 points par rapport à septembre 2011). En même temps, ils s'accordent sur le fait que les difficultés de la zone euro vont s'aggraver si le problème de la dette grecque n'est pas réglé (89%, +5 points par rapport à septembre 2011).

La France a prêté à la Grèce 11,5 milliards d'euros, ce qui lui a rapporté 200 millions d'euros d'intérêts, avait déclaré le président de la République Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée le 27 octobre. "A la suite des décisions d'hier soir, nous allons garantir par l'intermédiaire des fonds européens 25 milliards (de prêts) supplémentaires"à la Grèce, avait-il ajouté."

 

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 13:58

  Agenda média de Marine Le Pen candidate à l’élection présidentielle de 2012

Lundi 7 novembre 2011
I>Télé -  19h00 – Marine Le Pen est l’invitée de l’émission « Elysées 2012 ».

Mardi 8 novembre 2011 –RFI – France 24 – 19h00 – Marine Le Pen est l’invitée de l’émission « Mardi politique » RFI 20 Minutes, le Point et France 24.

Mercredi 9 novembre 2011 – France Culture
7h40 – Marine Le Pen est l’invitée du 7/9.

Public Senat – 22h00 – Marine Le Pen est l’invitée de Sonia Mabrouk.

Jeudi 10 novembre 2011 – Colloque Idées Nation sur le thème de la santé
14h00 – Espace Moncassin 165, rue de Javel

Différents professionnels de la santé prendront la parole (liste prochainement)
16h30 – Discours de clôture de Marine Le Pen

Dimanche 13 novembre 2011 – France 3
12h00 – Marine Le Pen est l’invitée du 12/13

 

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

Liens