Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 08:55

Communiqué du SIEL : Sur la tragi-comédie de l'UMP ruinée, divisée, et bientôt avalée

A l'issue des réunions de son comité directeur et de son bureau, le mouvement Souveraineté, Indépendance et Libertés constate avec satisfaction que l'éclatement de l'UMP, qu'il a annoncé voici un an, qui a fondé sa stratégie et délimité son rôle dans le cadre du Rassemblement Bleu Marine, déroule la succession attendue de ses fatalités. Créé de bric et de broc, ce parti de tous les centres, du centre droit, du centre gauche et de tous les centres mous, a non seulement échoué à toutes les élections depuis 2007, mais, handicapé par d'énormes dettes, divisé entre trois grands chefs et plus encore de petits, il est désormais muet sur tous les sujets, l'Europe, le Proche-Orient, la politique économique et sociale, après ses comédies sur la loi Taubira face à laquelle il a tenté de se refaire une unité mais qui n'aurait pas obtenu de majorité sans l'appoint de plusieurs de ses parlementaires. Comédie ou tragédie, l'UMP, archipel de ténors tiraillé entre un Copé occupé à colmater les brèches, un Fillon qui rejoint la cohorte des présidentiables centristes et un Sarkozy qui oublie toujours l'histoire de France, où l'on ne vit sous aucune République un chef d'Etat déchu parvenir à "réincarner les deux corps du roi", l'UMP n'a plus rien à opposer à la vague Bleu Marine, tandis que se multiplient ses militants, cadres et élus locaux qui rejoignent les listes que mèneront ensemble le SIEL et le Front National.

Pour le SIEL, dont le nombre des adhérents augmente rapidement et qui se révèle toujours plus actif dans le renouvellement de l'offre politique, les semis portent leurs premiers fruits : après Gamaches (60), Joigny (89), on voit à Gonesse (95) les quatre élus de droite de l'opposition municipale au député maire socialiste, dont deux UMP, figurer sur la liste que conduit notre président exécutif, Karim Ouchikh. D'autres cas se préparent à travers la France, dans l'Hérault, en Gironde, en Loire Atlantique, dans la Vienne, le Rhône, se multipliant en PACA et en Ile-de-France. Nous les annoncerons à mesure que les situations seront consolidées et les renforts venus de l'UMP à l'abri des menaces".

La machine à exclure de l'UMP peut fonctionner à plein régime : les exclusions prononcées par un état-major complètement coupé de sa base a ses limites, inscrites dans les sollicitations qui nous sont adressées de toutes parts. Que les dévots d'un Système dont les politiques respectives ont échoué depuis 30 ans au point de mettre en péril l'autorité de l'Etat, l'indépendance de la nation et la survie de la civilisation, ouvrent les yeux devant l'ampleur de la recomposition en cours : les partielles de Lot-et-Garonne et d'Oise sont les prémices d'un nouveau printemps politique français, à l'épanouissement duquel le SIEL appelle les patriotes français à joindre toutes leurs forces.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 11:32

Fédération PS du Pas-de-Calais : ouverture d'une information judiciaire pour corruption

Le parquet de Lille a ouvert une information judiciaire contre X, visant des faits de corruption et d'abus de biens sociaux au sein de la fédération socialiste du Pas-de-Calais, a-t-on appris jeudi auprès du parquet, confirmant une information de La Voix du Nord. Cette information judiciaire a été ouverte le 28 juin pour corruption active, corruption passive, abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux, et la Jirs (Juridiction interrégionale spécialisée) de Lille a été saisie, a-t-on précisé de même source.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 12:28

service-public/?pfstyle=wp

Inacceptables hausses du tarif de l’électricité : où est passé le service public ?

Marion Marechal Le Pen 2

Marine Le PenCommuniqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Les nouvelles hausses de tarif de l’électricité annoncées par le gouvernement, 5 % en août 2013 puis 5 % en août 2014, frapperont durement et injustement nos compatriotes. En quelques années la France sera passée de l’énergie bon marché à l’énergie chère, parce que ses gouvernements PS et UMP ont aveuglément suivi la politique européenne de libéralisation du secteur de l’énergie et de casse du service public à la française. Contrairement aux promesses des adorateurs de l’Union européenne, cette politique menée à coup de directives n’a pas entraîné de baisse des prix, bien au contraire.
Notons que cette nouvelle augmentation du prix de l’électricité est d’autant plus inacceptable qu’EDF a réalisé en 2012 3,3 milliards d’euros de bénéfice, après 3 milliards déjà en 2011.

Le grand saccage du pouvoir d’achat continue donc : dans quelques mois ce sera le prix du timbre qui bondira, et bientôt le taux du livret A connaîtra une nouvelle baisse.

Marine Le Pen appelle le gouvernement à renoncer à ses augmentations du tarif de l’électricité : aucune considération sérieuse ne les justifie. Elle s’engage à promouvoir une grande politique du service public, qui rompe avec la doctrine ultralibérale de l’Union européenne et qui conforte les entreprises de service public dans leur mission première de service aux Français, loin du dogme de la rentabilité à tout prix.
Comme mesure d’urgence pour le pouvoir d’achat, elle renouvelle sa proposition de baisse immédiate de 5 % des tarifs du train, de l’électricité et du gaz, financée par les confortables bénéfices des grandes entreprises concernées.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 17:46

 

Marion Marechal Le Pen 2

Florian PhilippotCommuniqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

Affolée par la montée en puissance du Front National à mesure que se rapprochent les échéances électorales de 2014, l’UMP ressort la machine à blabla qui avait déjà marqué de son empreinte le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Parler, faire de la fumée à défaut d’agir semble être le seul credo d’un parti totalement à la dérive, aussi bien financière, politique qu’idéologique.

Christian Estrosi hier sur les Roms, un élu municipal UMP de Nîmes aujourd’hui sur l’islam et la laïcité : l’enfumage reprend manifestement à plein régime.

Il convient pourtant de rappeler la lourde responsabilité que portent l’UMP et ses dirigeants sur tous ces dossiers. Ils ont voté avec le PS l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’Union européenne, autorisant par là les Roms à venir s’installer massivement dans notre pays, nous privant même, dès le 1er janvier 2014, de toute possibilité juridique de reconduite à la frontière.

Durant les 5 années du mandat de Nicolas Sarkozy, ils se sont couchés devant toutes les revendications communautaristes ; détournant la loi de 1905 pour financer mosquées et autres espaces « cultuels », laissant pénétrer la religion dans l’espace public, jusque dans les écoles et lieux de la petite enfance. Ils ont fait preuve d’une permissivité inouïe face aux prières de rue, aux dérives du halal et aux pressions insupportables exercées par des groupes fondamentalistes sur les habitants de nombre de nos quartiers. Surtout, depuis 30 ans, ils ont mis en œuvre, main dans la main avec le PS, une politique d’immigration massive, à l’origine des nombreux problèmes évoqués ici. Rappelons que sous Nicolas Sarkozy 200 000 étrangers entraient régulièrement chaque année en France, soit le même chiffre qu’aujourd’hui.

Dernièrement, ce sont bien des élus UMP qui ont contribué à lever l’immunité de Marine le Pen au Parlement européen pour avoir eu le courage de dénoncer ce qu’ils font mine de combattre dans le discours. Cette duplicité devient insupportable pour la vie politique française.

L’UMP ne peut donc pas décemment se plaindre des effets désastreux des politiques qu’elle a elle-même activement mises en place : les Français le savent et ne sont plus dupes de ces manœuvres électoralistes permanentes.

 

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 15:38

Quelle leçon tirez-vous des événements en Égypte ?
Marine Le Pen :
Comme dans plusieurs pays arabes, on voit qu'il existe une fracture entre deux projets de société. L'un qui va vers la modernisation et la laïcité. Et un autre projet qui est islamique. Ils sont incompatibles, ce qui va rendre ces pays structurellement instables. Cela devrait amener l'Europe à revoir sa copie. La démocratie ne suffit pas à résoudre la question lorsque deux projets incompatibles se heurtent. Ceci conduit à la guerre civile. Et il ne faudrait pas qu'en France, un jour, s'affrontent également deux projets de société.

En l'occurrence, c'est plutôt vous qui incarneriez un projet traditionaliste...
M.L.P. : Oui, la culture européenne est de tradition chrétienne. C'est incontestable. Comme tout peuple, nous avons le droit de défendre cette identité, même si l'Europe essaye de nous expliquer le contraire.

Le Parlement européen a levé votre immunité parlementaire. Redoutez-vous que soit prononcée contre vous une peine d'inéligibilité ?
M.L.P. : Si vraiment il était envisagé de me condamner à une peine d'inéligibilité pour un délit d'opinion, je vous engage à parier l'intégralité de votre patrimoine sur mon élection à l'Élysée en 2017 ! Non seulement, je pense que je ne serai pas condamnée, mais je suis convaincue de pouvoir faire condamner l'association qui, avec la complicité de députés du Parlement européen, se sert des lois françaises pour mener contre moi un combat politique.

Au nom du principe de la liberté d'exception, Daniel Cohn-Bendit a voté contre la levée de votre immunité. Vous le remerciez ?
M.L.P. : Je n'ai pas à le faire. Quand il a lui-même bénéficié de son immunité lorsqu'il était poursuivi pour avoir caché le terroriste allemand Hans-Joachim Klein, cela me paraît la moindre des choses qu'il s'attache à faire respecter le même principe à ses adversaires. Ou alors, on n'est plus en démocratie.

N'y a-t-il pas de l'extrémisme dans vos propos quand vous évoquez l'occupation allemande lorsqu'il s'agit de prières dans les rues ?
M.L.P. : Qui détermine l'extrémisme ? Vous, la presse ? L'Assemblée nationale ? Il s'agit de liberté d'expression. Un principe qui permet de ne pas dire, tous, la même chose. Un principe qui vous amène à accepter que quelqu'un puisse exprimer une pensée différente de la vôtre et même une pensée contre laquelle vous vous battez. C'est ça, la liberté d'expression ! Je maintiens mes propos. Les Français, dans leur immense majorité, sont d'accord avec moi. S'il devait y avoir procès, cela me permettra de parler à nouveau de la laïcité bafouée.

Le débat sur le mariage pour tous a-t-il rapproché les électeurs des différents partis de droite ?
M.L.P. : Non. L'UMP a tenté de tirer un bénéfice politique de ce débat. Elle a échoué. La fracture droite-gauche qui plaît tellement au PS et à l'UMP n'a duré que le temps de quelques semaines. La collusion UMP-PS est de nouveau totale.

Vous n'avez pas participé aux manifestations. Ça ne vous a pas affaibli au sein de votre parti ?
M.L.P. : Au contraire. Certains avaient mal compris ma décision dans un premier temps. Mais les études d'opinion montrent qu'à la réflexion, ils me donnent raison d'avoir pris de la hauteur à l'occasion de ce débat. Pour preuve, ces études démontrent que j'atteins le maximum de confiance au sein de mon propre parti, mais aussi chez des électeurs qui ne votent pas FN.

Les responsables UMP affirment ne pas vouloir faire alliance avec vous, parce que vous voulez la mort de l'UMP. C'est votre objectif ?
M.L.P. : C'est surtout le FN qui a décidé de refuser toute alliance avec un parti qui, dans ses idées, diverge fondamentalement avec nous. En revanche, il est sûr que beaucoup de cadres locaux de l'UMP sont de plus en plus nombreux à se rapprocher de nous et à accepter de participer à des rassemblements Bleu Marine.

Nicolas Sarkozy va participer au Bureau Politique de l'UMP. Vous redoutez son retour ?
M.L.P. : C'est tout de même naturel qu'il vienne à l'UMP à la suite de la décision du Conseil constitutionnel qui le rend, lui, redevable de 11 millions d'euros pris en charge par son parti ! Mais j'ai l'impression que les journalistes tirent des conclusions un peu hâtives de sa présence. De toute manière, je n'ai pas à redouter son éventuel retour. La montée la plus spectaculaire du Front National s'est enclenchée pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Il n'a pas représenté une gêne pour notre mouvement.

Le Conseil constitutionnel a pris une bonne décision à son égard ?
M.L.P. : Je suis avocat. Je n'ai pas à juger. En revanche tout ce qui a été dit par ses amis n'a aucun sens. Un dépassement, même de 2%, entraîne un non-remboursement total. C'est vrai pour tous les candidats, y compris aux législatives. C'est une règle brutale, mais acceptée par tout le monde. De plus, je crois que l'UMP n'est pas aussi en danger qu'elle le prétend. Son siège a une valeur de 40 millions. Elle reçoit 20 millions de subventions par an. Elle peut sans problème étaler les conséquences de cette perte exceptionnelle sans que cela mette en cause son existence comme le prétendent ses responsables.

Dans l'adversité, l'UMP pourrait se ressouder...
M.L.P. : Un mouvement politique ne meurt pas du manque d'argent. Il meurt du manque d'idées et c'est le cas de l'UMP. Elle est en train de mourir de sa proximité idéologique avec le PS. Elle est devenue un syndicat de défense des intérêts électoraux où on ne parle plus que de postures, de tactiques et de combats de personnes. Je crois que les municipales vont démontrer l'implosion effective de l'UMP.

Une grosse différence entre vous et l'UMP porte sur l'euro. Elle veut le garder. Vous voulez l'abandonner.
M.L.P. : Bien plus que ça, la différence porte sur l'Europe. Sur l'idéologie qui en est le socle, cette idéologie mondialiste, libre-échangiste, ultralibérale. Oui, un gouffre nous sépare ! Sur l'Europe, l'UMP partage la vision du PS concernant le fédéralisme européen, la défense de la puissance allemande, la soumission de la France aux États-Unis, la perte de souveraineté. Il va y avoir un grand débat au moment des élections européennes.

Aujourd'hui, les chaînes de production sont globales. Dans les produits français, on trouve beaucoup d'éléments en provenance de l'étranger !
M.L.P. : Il ne s'agit pas de vivre en autarcie. Mais les échanges doivent être équilibrés. Nous ne devons pas nous soumettre à la loi de la jungle et à cette concurrence déloyale qui détruit notre économie, fabrique du chômage de masse et provoque l'appauvrissement généralisé des Français.

Aucun des pays qui connaissent les crises les plus graves n'a quitté l'euro. Il doit bien y avoir une raison...
M.L.P. : Parce qu'ils sont victimes d'un chantage. On les menace de les jeter hors de l'euro. Je refuse cette procédure brutale. Je suis pour l'organisation d'une sortie concertée de l'euro. Je crois qu'il y a maintenant 60 économistes qui défendent la même position. Mais ils ne plaisent pas aux élites et on ne les voit pas trop souvent sur les plateaux de télé ou dans les colonnes des journaux.

Êtes-vous satisfaite du compromis François Hollande–Angela Merkel concernant l'ouverture des négociations sur l'accord de libre-échange entre l'Europe et les États-Unis, en même temps que la création d'une commission d'enquête sur l'étendue de l'espionnage américain au détriment de l'Europe ?
M.L.P. : Je voudrais surtout que l'on arrête de se moquer des Français. Ce traité transatlantique est un acte de soumission. Ce traité est mortel pour notre économie, notre agriculture, notre défense, notre liberté et notre indépendance. Y participer démontre que la France n'est plus un pays libre. La présidence de la République est en réalité vacante. Voyez l'épisode humiliant au possible d'un président de la République interdisant à un chef d'Etat étranger le survol du territoire français sur ordre de Washington.

Avant les Européennes, il y a les Municipales. Combien de mairies espérez-vous conquérir ?
M.L.P. : Impossible de le dire aujourd'hui. Nous aurons des municipalités et surtout, des centaines de conseillers municipaux qui vont porter le message du FN

Qu'est-ce que changerait, pour une localité, la présence d'un maire FN ?
M.L.P. : Tout ! On arrêterait d'augmenter les impôts, on rétablirait la sécurité, on cesserait de subventionner les associations communautaristes, on en finirait avec le clientélisme, une spécialité de l'UMPS.

Un maire FN appliquerait la "priorité nationale", doctrine de votre parti ?
M.L.P. : Vous savez pertinemment que nous voulons diriger les municipalités dans le respect de la loi. La priorité nationale sera appliquée lorsque nous aurons gagné le pouvoir au niveau national. Pas avant. Je ne raconte pas d'histoires. Je dis seulement aux Français : Voyez ce que nous sommes capables de faire dans une ville et, forts de cette expérience, vous pourrez nous confier la direction de notre pays. Une fois au pouvoir, nous ferons plus et mieux car nous pourrons changer les règles du jeu.

Un maire FN supprimerait les menus hallal ou casher dans les cantines des écoles ?
M.L.P. : Évidemment. Il faut rétablir la laïcité à l'école où elle est de plus en plus souvent violée. Il faut y supprimer tout ce qui a un aspect religieux.

Que répondriez-vous aux électeurs qui vous feraient remarquer qu'il y a déjà eu des municipalités FN à Vitrolles, Marignane et Toulon et que ça ne s'est pas bien terminé ?
M.L.P. : Je leur dirais que c'était il y a plus de 20 ans. Et que les résultats de ces municipalités n'étaient pas mauvais tant qu'elles étaient encadrées par le FN. Après, les maires ont repris leur liberté et ont fait n'importe quoi, d'ailleurs parfois sous l'étiquette de l'UMP.

L'élection de Villeneuve sur Lot a montré les progrès du FN. Mais vous butez toujours sur la marche la plus haute.
M.L.P. : Après l'élection de l'Oise, celle de Villeneuve-sur-Lot a surtout révélé que le Front Républicain ne fonctionne plus très bien. Dans les deux cas, c'est quand même ce qu'il en reste qui a permis à l'UMP de gagner. Ça prouve que dans une confrontation seul à seul, le FN serait le premier parti de France. Aux prochaines législatives, nous dépasserons cette barrière des 50%, comme nous l'avons déjà fait dans de nombreux cantons.

Vous êtes convaincue de la chute de l'UMP. Diriez-vous la même chose du gouvernement et du PS après les attaques de Delphine Batho ?
M.L.P. : Madame Batho énonce ce que nous disons depuis longtemps, à savoir que le PS n'a rien de social, qu'il défend une ligne ultra libérale, avec transfert de souveraineté. Comme Nicolas Sarkozy, qui avait le talent de mieux le dissimuler, François Hollande applique la feuille de route qu'il reçoit de l'Union européenne. Si Madame Batho s'en aperçoit seulement maintenant, c'est qu'elle est bien naïve.

Elle déplore que cela renforce vos chances électorales !
M.L.P. : Oui, comme tout le monde. Ils s'accusent les uns les autres de faire monter le FN. Ils feraient mieux de se préoccuper de l'étendue de leur incompétence économique et politique.

Comment imaginez-vous le scénario de l'arrivée du FN au pouvoir ?
M.L.P. : Par une victoire à la Présidentielle suivie d'une majorité confortable à l'Assemblée nationale.

Vous vous voyez à l'Élysée en 2017 ?
M.L.P. : Je pense que nous arriverons au pouvoir, au maximum dans les 10 prochaines années. Donc, peut-être en 2017. Il le faudrait. La destruction qui est imposée à la France commence à s'attaquer aux fondations.

 

Olivier Mazerolle

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 22:08

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La grandiloquence théâtrale des réactions de l’UMP depuis l’annonce du rejet du compte de campagne de Nicolas Sarkozy nous incite à une réflexion de fond : si l’UMP se meurt, et si l’UMP meurt demain, ce ne sera pas par manque d’argent mais par manque d’idées.

Pour les partis politiques, plaie d’argent n’est pas mortelle, plaie d’idées l’est en revanche.

Confronté en 2007 à des difficultés financières bien plus graves que celles de l’UMP au regard de son actif, le Front National a survécu, et a su rebondir plus haut que jamais parce qu’il a un projet solide à proposer aux Français, des idées patriotes que personne d’autre ne défend dans la classe politique française.

A la tête d’un siège évalué à 40 millions d’euros et percevant une subvention publique de l’ordre de 20 millions d’euros par an, l’UMP ne sera pas dans des difficultés financières susceptibles de remettre en cause son existence. Il faut sur ce point rétablir la vérité et démasquer les bas exercices de victimisation.

En revanche, l’UMP doit prouver qu’elle apporte encore quelque chose au débat d’idées pour espérer subsister ; et sur ce point c’est mission impossible, tant la voix de l’UMP se confond avec celle du Parti Socialiste. Tout ce dont l’UMP rêve, le PS le fait au gouvernement : austérité, TVA sociale, allongement de la durée de cotisation pour la retraite, Europe fédérale, immigration non contrôlée, communautarisme, politique étrangère aux ordres de Washington.

Aujourd’hui, c’est un ancien président de la République, impliqué dans un nombre considérable d’affaires, dont le parti a perdu toutes les élections durant son mandat et que les Français ont sanctionné il y a un an à peine, qui dit incarner une alternative : on mesure le néant qui frappe l’UMP !

Le paysage politique français regorge de partis idéologiquement jumeaux : UMP, PS, UDI, Modem, pour ne citer que les principaux : la fusion de deux ou plus d’entre eux répondrait à une vraie logique politique.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 16:20

L’immunité de Marine Le Pen est levée, mais pas celle de Serge Dassault !

Marine Le Pen Face a face
Avec 7,6 milliards $ en 2010, Serge Dassault est la 89e fortune mondiale selon le magazine financier Forbes

 

Le bureau du Sénat a refusé mercredi de lever l’immunité parlementaire du sénateur de l’Essonne et industriel Serge Dassault, 88 ans. La justice enquête pourtant à Corbeil-Essonnes dans le fief du sénateur UMP sur une affaire d’achats de voix et une autre de tentatives d’homicide, qui pourraient être liées.

Les sénateurs du bureau ont débattu pendant près d’une heure et demie sur la demande d’immunité. Des sources parlementaires ont fait état « d’une demande formulée de manière très complexe ». « L’avis du procureur n’était pas concordant avec celui des juges », a-t-on précisé de mêmes sources.

Le bureau « ne se prononce ni sur le fond, ni sur l’exactitude des faits, ni sur la procédure suivie par le juge », mais « au vu des éléments contenus dans la requête, et d’eux seuls, à condition que la demande indique précisément les mesures envisagées ainsi que les motifs évoqués », indiquait la présidence du Sénat lors de la dernière demande de levée d’immunité qui concernait le sénateur-maire socialiste de Tours Jean Germain, et qui avait été également rejetée, le 29 mai.

 

A Corbeil-Essonnes, l’opposition municipale dénonce les achats de voix depuis des années et les scrutins de 2008 et 2009 ont été invalidés. Serge Dassault a toujours nié avoir fait des dons d’argent afin de se faire élire. Par ailleurs, le 19 février, un boxeur de 32 ans a été grièvement blessé par balles, et le suspect est un proche de l’ancien maire. L’actuel maire (UMP), Jean-Pierre Bechter, a pour sa part été placé en garde à vue dans cette enquête, mais en est sorti libre.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 16:09

Issu des rangs de l'UMP, Patrick Amate portera les couleurs du «Rassemblement bleu marine» (RBM) pour les prochaines élections municipales à Carry-le-Rouet.                   

Les menaces d'exclusion n'y font rien. Le Rassemblement bleu Marine (RBM) vient de faire une nouvelle prise au sein de l'UMP. Patrick Amate, 61 ans, conseiller municipal d'opposition de Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), conduira une liste sous les couleurs du RBM aux municipales de 2014. Encarté au RPR depuis 1978 puis à l'UMP, ce chef d'entreprise avait déjà conduit une liste sans étiquette face au maire sortant Pierre Pène. Ce dernier a démissionné en début d'année après vingt-quatre ans de règne pour laisser son fauteuil à son premier adjoint qui souhaite conduire la liste UMP l'an prochain.

Face à «ce contestable tour de passe-passe», Patrick Amate n'a pas hésité à sauter le pas. «Cela ne me gêne pas car c'est l'intérêt de Carry qui prime», commente-t-il en précisant qu'il ne prend pas la carte FN. «C'était un nouvel adhérent qui avait pris sa carte en mars 2013. Aussitôt entré, aussitôt sorti!», évacue Bruno Gilles, le secrétaire départemental de l'UMP dans les Bouches-du-Rhône.

L'épisode de Marignane

Amate est resté quelques années sans s'acquitter de sa cotisation mais il faisait partie du comité de circonscription en 2006. «J'ai été dégoûté quand à Marignane, lors des municipales de 2008, Éric Le Disses n'a pas eu l'investiture UMP qui l'a donné à l'ancien FN Daniel Simonpieri.»

Patrick Amate devrait donc être exclu de l'UMP. «La ligne est très claire. Il ne peut pas y avoir d'équivoque. Ceux qui vont sous la bannière d'un parti adverse, on les exclut. Patrick Amate fait plus que franchir la ligne jaune…», explique Bruno Gilles.

L'argumentation d'Amate, selon lequel le RBM n'est pas un parti mais un rassemblement pouvant fédérer à droite comme à gauche, ne convainc pas Gilles. Amate va entraîner avec lui une quinzaine d'autres UMP ou sympathisants, l'autre moitié de la liste est réservée à des frontistes.

La ville est traditionnellement à droite et le FN n'y avait jamais présenté de liste aux municipales. Marine Le Pen y a réalisé 24 % lors de la présidentielle. Aux législatives, le candidat FN était en tête dans la ville avec près de 40 % des voix. «L'intelligentsia politique est coupée des réalités. Avec les affaires Andrieux, Guérini, Ciot, Medvedowsky… les luttes de pouvoir à l'UMP pour 2017, comment voulez-vous que les électeurs ne soient pas dégoûtés alors que le chômage s'aggrave, à Carry comme ailleurs. Les gens se tournent vers ceux qui parlent concrètement», analyse Stéphane Ravier, secrétaire départemental du FN.

Le RBM a déjà conquis une autre UMP, Catherine Rouvier, passée entre-temps par le SIEL (Souveraineté, Indépendance et Libertés) de Paul-Marie Coûteaux. Elle conduira la liste à Aix-en-Provence. Le RBM a également séduit Anna Rosso-Roig, candidate aux législatives en 2012 pour le Front de gauche dans la 6e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 13:16

 

Réaction du Front National à la levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen

Marine Le Pen Face a face

Front National flammeCommuniqué du Front National

La levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, contraire à toute la jurisprudence de cette assemblée, traduit la terrible anxiété de la caste face à une responsable politique qui a le courage de dire la vérité à ses concitoyens, et dont la dynamique électorale fait trembler le pouvoir.

Cette décision exprime la crainte croissante de l’oligarchie face à l’irrésistible montée en puissance d’un mouvement patriote qui porte haut et fort la parole du peuple et propose de réelles solutions aux problèmes des Français.

Le Parlement européen se fait ainsi le complice d’une association (le CCIF) dont le porte-parole a dit : “qui a le droit de dire que la France dans 30 ou 40 ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne n’a le droit ne nous enlever ça, personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam”, des propos bien peu conformes à la laïcité…

Cette décision et le procès seront cependant une formidable occasion pour les patriotes de faire le bilan des prières de rue illégales que ni l’UMP ni le PS n’ont voulu résoudre, et des multiples atteintes à la laïcité commises chaque jour en France, en témoigne encore dernièrement l’affaire du barbecue halal dans une école maternelle de Montpellier.

Ce sera aussi l’occasion de rappeler notre engagement à nous battre pour un retour complet de la laïcité républicaine sur chaque mètre carré du territoire national.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 19:28

 

Un élu municipal UMP de Gonesse (Val-d'Oise) sera présent sur la liste du Rassemblement Bleu Marine (RBM) aux élections municipales de 2014, ont indiqué aujourd'hui l'intéressé ainsi que des responsables politiques locaux. Denis Vigouroux, chef de file de l'UMP et conseiller municipal d'opposition à Gonesse, devrait figurer en 3ème position sur la liste conduite par Karim Ouchikh, président exécutif d'une formation proche du FN, le Siel (Souveraineté, indépendance et libertés).

"C'est une question de stratégie politique. On s'acheminait vers trois listes d'opposition, avec celle du Modem. Ca n'avait pas de sens", a déclaré Denis Vigouroux. "Il n'y a pas de trahison. Il se trouve que Marine Le Pen nous soutient et tant mieux. J'invite Jean-François Copé à nous soutenir également", a-t-il ajouté.

Contacté par l'AFP, l'entourage de Jean-François Copé a annoncé qu'une procédure d'exclusion avait été engagée. Elle sera à l'ordre du jour du prochain bureau politique, après-demain.

Récemment, l'UMP a exclu l'un de ses militants qui avait fait alliance avec le parti d'extrême droite dans une petite commune de la Somme, Gamaches, en vue des municipales. Elle a également annoncé l'exclusion d'un conseiller général de Saint-Gilles (Gard), qui avait publiquement souhaité la candidature dans la commune du député élu sous les couleurs du FN Gilbert Collard.
Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

Liens