Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 15:37

~~ Communiqué de Presse du Front National

Forces de l’ordre et journalistes attaqués, heurts multiples, mobilier urbain saccagé, brûlé : des scènes d’une grande violence ont eu lieu hier en marge des manifestations contre la loi El Khomri, à Rennes, Nantes et Paris notamment. Si le Front National ne confond évidemment pas les manifestants qui demandent légitimement le retrait de la Loi Travail avec les casseurs, il s’étonne qu’une nouvelle fois ces derniers aient trouvé face à eux un gouvernement aussi mou et complaisant.

Sur toute la France il n’y a eu que 26 interpellations, un nombre particulièrement faible. Les milices d’extrême-gauche qui sèment régulièrement le chaos dans nos villes (la liste est longue depuis le début du quinquennat !) bénéficient manifestement de la part du premier ministre Valls d’une forme évidente de complaisance. Toujours prompt à donner de grandiloquentes leçons de morale et de République à la Terre entière, Manuel Valls ferait mieux de faire son travail et de condamner, pourchasser et dissoudre ces milices dites « antifas », mais dont l’accoutrement, les méthodes et les violences font d’elles d’authentiques fascistes.

Au lieu de jouer le pourrissement et la division, que le gouvernement retire la mauvaise loi Travail et fasse respecter l’ordre républicain dans les rues de France.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 14:37

~~ Communiqué de presse du Front National

Le Front National met solennellement en garde ceux qui parmi la presse seraient tentés de relayer des rumeurs amalgamant le Front National et sa présidente au scandale dit des « Panama papers ». Il ne tolérera pas que soit portée atteinte à l’honneur et à la réputation de ses dirigeants, de ses adhérents et de ses électeurs, et n’hésitera pas en conséquence à engager des poursuites judiciaires contre tous ceux qui se compromettraient dans la diffamation la plus grave. Le Front National n’est pas impliqué dans l’affaire des « Panama papers » et ne tolérera pas que des amalgames scandaleux soient faits sur son dos. Ou bien va-t-on considérer que « le gouvernement » est impliqué parce que la banque Rotschild de Monsieur Macron est citée ? Que « Les Républicains » sont impliqués parce que le nom de Monsieur Balkany apparaît ? Le Parti Socialiste car Monsieur Cahuzac l’a été ? Que « BFMTV » est impliquée parce que Monsieur Drahi serait cité ? …

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 21:56

~~ Après les attentats du 13 novembre 2015 Comment ne pas ajouter un mot à la suite des attentats dramatiques que la France a connus le vendredi 13 novembre 2015 ?

Ce soir-là, les barbares de l’État islamique visent – selon leur propre communiqué de revendication – Paris, « capitale [...] qui porte la bannière de la croix en Europe ». Ils visent ce que nous sommes : notre identité, notre liberté, notre histoire, notre culture, notre foi. C’est toute la société française dans sa diversité qui est visée. Les islamistes connaissent la fragilité de notre pays.Une France qui ne sait plus vraiment qui elle est, qui ne connaît plus sa vocation propre au milieu des nations,qui ne s’aime pas et n’assume pas son histoire, qui ne sait plus transmettre une culture commune… Une France qui doute d’elle-même et de ses valeurs et qui tente d’enfouir tout rappel de son héritage spirituel au lieu de se fonder dessus… Cette France-là est bien fragile, face à des barbares qui ne connaissent pas le doute et font la guerre de façon implacable et sans pitié. Quelle réponse apporter à ces fanatiques ? Comment gagner cette guerre ?Est-ce simplement en reprenant la vie « comme avant » ?En continuant de « sortir, boire et baiser » pour reprendre les termes crus d’un chroniqueur bobo ? Ou alors en placardant dans les lycées des « chartes de la laïcité » ?Tout cela est dérisoire…

Mais que peut bien proposer une société sécularisée, hédoniste et libertaire ? Ellese retrouve bien désarmée pour mener une guerre qui, cette fois-ci, ne concerne pas seulement les militaires. C’est en se réappropriant ce qui fait la force d’un pays,son âme, ses racines, sa culture, son histoire, ses valeurs,son héritage spirituel, tout ce qui fait son identité, que la France va pouvoir se rassembler. C’est ainsi qu’elle sera grande et solide, capable de se relever et de vaincre. C’est uniquement en retrouvant ce qu’elle est, qu’elle pourra continuer d’accueillir et d’intégrer. C’est en assumant ses racines gréco-latines et judéo-chrétiennes, qu’elle pourra répondre au défi que lui lance l’islam radical qui ne cesse de s’étendre ici même, sur notre sol. On comprend mieux combien cette double révolution évoquée plus haut a pu fragiliser notre pays. Les laïcistes de tout poil qui veulent encore interdire nos crèches de Noël et nos processions ne font pas seulement du mal à l’Église. Ils font du mal à la France. En la coupant de ses racines, en la voulant encore plus sécularisée, ils la désarment et la fragilisent. Pour les chrétiens, il y a là un défi majeur. Ce que nous portons nous met aux avant-postes de cette œuvre de relèvement moral et spirituel,d’enracinement et de transmission.

S’il nous fallait une raison supplémentaire de nous engager, les événements tragiques du 13 novembre 2015 nous l’ont donnée.

Dans une France sécularisée, face à la vague libertaire et à l’expansion de l’islam radical, spirituellement, mais aussi moralement et culturellement, les chrétiens se retrouvent bien souvent minoritaires, en tout cas à contre-courant.

Extrait de "Catholiques, engageons-nous !" de l'Abbé Pierre-Hervé Grosjean, aux éditions Artège, avril 2016.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 16:01

~~Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’abandon de la réforme constitutionnelle, prévoyant notamment d’inscrire l’extension de la déchéance de nationalité dans notre texte fondamental, est un échec exceptionnellement lourd pour le président de la République. En dépit d’événements dramatiques, d’une solennité poussée à son plus haut niveau au moment de l’annonce de cette réforme devant le parlement réuni en Congrès le 16 novembre dernier et du soutien massif de l’opinion publique sur le principe de la déchéance de nationalité, François Hollande échoue à faire respecter sa propre parole.

De cet échec il est avec son gouvernement le seul responsable. C’est la conséquence aussi d’une pratique politique dépassée. Quand on veut unifier la Nation autour d’un projet politique fort, quel qu’il soit, c’est au peuple qu’il faut s’adresser directement, et ce afin d’éviter les marchandages politiciens et les impasses institutionnelles.

Aujourd’hui, la France et les Français ont perdu beaucoup de temps. Le débat très long autour de cette mesure de bon sens mais néanmoins symbolique qu’est la déchéance de nationalité, a fait oublier les vraies priorités pour améliorer notre sécurité collective.

Si François Hollande voulait effacer un tant soit peu son échec historique il devrait procéder, comme nous le préconisons, au rétablissement réel et définitif de nos frontières nationales et abandonner l’espace Schengen ; il devrait également accélérer le renforcement des moyens humains et matériels de l’ensemble de nos forces de sécurité et rétablir l’autorité de l’Etat dans tous les territoires perdus de la République en allant y chercher les armes qui s’y trouvent.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 12:49

Philippe de Villiers : « C’est la guerre parce que l’islam nous fait la guerre »

Extrait d’un long entretien avec Philippe de Villiers publié par Le Rouge et le Noir

R&N : Votre ouvrage à succès, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, s’achève par une exhortation à la dissidence et la contemplation de “lucioles” éclairant les ténèbres de notre époque. Quelles lucioles pouvons-nous allumer ? Quelles sont les clefs pour qu’émerge véritablement, aujourd’hui, cette génération résistante et dissidente ?

Philippe de Villiers : Je crois que le corps ne réagit que quand il est agressé, et il y actuellement une double agression morale et spirituelle. La première agression, c’est le laïcisme. On nous explique en gros que pour éviter que nous ayons le muezzin demain, on va faire taire les cloches aujourd’hui. Par exemple, il y a une député socialiste, Sylviane Bulteau, qui a écrit au ministre de la Défense en disant « c’est scandaleux, il y avait au Puy du Fou des cyrards qui ont chanté un chant religieux ». Le chant religieux, c’était Heureux ceux qui sont morts de Charles Péguy. Il y a un journaliste du Nouvel Observateur qui s’appelle François Reynaert qui a dit « ils ont chanté Péguy ». Ce n’est pas laïc, ce n’est pas neutre, ce n’est pas tout ce que vous voulez… Voilà. Donc, au nom du laïcisme, on est en train d’éradiquer toute forme de signe chrétien. Il y a un moment donné où « le petit reste » comme on dit, va se révolter, ce n’est pas possible, et la nouvelle génération des prêtres d’ailleurs – des nouveaux prêtres comme dirait Michel de Saint-Pierre, mais ce n’est pas du tout ceux dont il a parlé – la génération des nouveaux prêtres n’acceptera pas ça longtemps. Donc on ne peut pas accepter le laïcisme en France. Pourquoi ? Parce qu’il faut accorder à la France la prééminence du christianisme sur toute autre religion, parce que la France est historiquement une terre chrétienne. La deuxième agression, c’est l’islam. L’islamisation est galopante, les hommes politiques l’accompagnent. Lundi, Monsieur Valls a dit, face à la radicalisation, il faut, je cite, “un islam fort”. A chaque fois qu’il y a un attentat, on cherche « les islamophobes » pour les culpabiliser. Il y a un moment donné où les Français n’accepteront plus cela. Et donc l’islamisation de la France va provoquer un phénomène de résistance. On n’y est pas pour l’instant. Tout le monde se terre, tout le monde se tapit. On a peur parce qu’il y a une judiciarisation des pensées et des arrière-pensées, mais le temps va venir où le laïcisme d’un coté et l’islamisation de l’autre vont réveiller la France chrétienne.

R&N : Pensez-vous que ce réveil arrivera avant que les choses n’empirent trop ? Avant qu’il ne soit trop tard ?

Philippe de Villiers : Il n’est jamais trop tard en France. C’est toujours quand il est trop tard que la France se réveille. Et j’en veux pour preuve la situation de Jeanne quand elle a tiré les rois à 12 ans. Elle a entendu son père lui dire : il y a deux papes et il y a trois rois, c’est le désordre partout. Le père disait à ses enfants : c’est la fin. Il ne faut pas oublier qu’il y avait Isabeau de Bavière qui avait vendu le royaume à l’Angleterre avec le fameux traité de Troyes qui est une sorte de traité de Maastricht avant l’heure. Aujourd’hui, les autorités politiques, spirituelles, morales sont toutes orientées vers « l’Accueil de l’Autre » et le Vivre-Ensemble, c’est à dire en fait la fin de l’Europe, la fin de l’Europe chrétienne. Pour être chrétien aujourd’hui il faut « faire rentrer des migrants ». Ce qui veut dire « faire rentrer l’islam ». Ce sont des inconscients. Ils se trompent. Aujourd’hui, la première des charités, c’est de fixer là où ils sont ceux qui ne doivent pas être des migrants, parce que ce n’est pas faire leur bonheur que de les déraciner. On leur vend du rêve et le rêve se termine par un cauchemar. Parmi les migrants, évidemment, il y a les terroristes dissimulés. Donc la première de toutes les charités, c’est l’enracinement. Et la deuxième charité, c’est de se préoccuper de son voisin, et de se préoccuper de sa famille. Il y a une famille qui est la famille des familles et qui s’appelle la nation. Les chrétiens vont bientôt le redécouvrir, on doit pouvoir être à la fois chrétien et patriote. C’est interdit aujourd’hui par la plupart des évêques et par le pape. Ils sont sur une autre planète mais ils vont bientôt atterrir, parce que cette Europe qu’ils ont construite, l’Europe du Vatican, l’Europe de Jean Monnet et de Robert Schuman, elle est dans le mur. C’est fini. C’est une Europe qui a conduit à l’échec, à la déculturation, à la désintégration des nations et des peuples, et donc il faut construire autre chose maintenant.

C’est une Europe qui est complètement soumise aux États-Unis. Le fameux « Traité Transatlantique » à venir est une horreur. Et d’où vient le LGBT ? D’où vient le mariage homosexuel ? C’est Apple, ce sont les grandes firmes américaines, c’est l’américanisation du monde. C’est ça que l’on est en train de vivre. Ouvrons les yeux, c’est ce que je raconte dans mon livre, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, et donc plus que jamais, revenons à notre Jeanne. Je pense que l’anneau de Jeanne va ouvrir les yeux à beaucoup de Français qui aujourd’hui hélas sont dans le coton. Nous sommes au début d’une guerre, c’est une guerre sur notre territoire, c’est la guerre parce que l’islam nous fait la guerre. Et je ne leur en veux même pas parce que c’est dans le Coran, ils appliquent le Coran, c’est une lecture littérale du Coran. Dans le Coran, il est dit : il y a le Dar-al-islam, où est la paix, c’est à dire là où ils sont, en Orient, où ils éradiquent les derniers lambeaux de christianisme, ce qu’ils appellent les Nazaréens. Et puis il y a le Dar-el-harb, qui est le territoire de la guerre, là où il faut porter le djihad parce que le monde entier doit se soumettre à Allah. C’est dans le Coran. Et ils appliquent le Coran.

Et face à des gens qui appliquent le Coran, on a des inconscients et des collabos de toutes sortes, comme toujours, ce que l’on appelle aujourd’hui, ce que les islamistes appellent des dhimmis, et les dhimmis, sont condamnés à la dhimmitude, Houellebecq avait raison, il a sorti son livre, Soumission, le jour des attentats de Charlie Hebdo.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 08:57

~~Communiqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National

L’accord conclu hier soir entre la Turquie et l’Union Européenne sur la question migratoire est une nouvelle fois une victoire par KO pour la Turquie.

Celle-ci obtient en effet les financements demandés, 6 milliards d’euros, ainsi que la libéralisation de visas vers l’Europe et l’accélération du processus menant à son adhésion à l’UE.

Les contreparties sont très hypothétiques, reposant essentiellement sur l’Etat grec, dont chacun sait le degré d’affaiblissement et de désorganisation. Dans cet accord, la France n’a défendu aucun de ses intérêts nationaux, au contraire, laissant l’Allemagne imposer ses conditions avec la Turquie. L’Union Européenne est une machine à affaiblir la France, à la rendre dépendante de puissances étrangères. Sans souveraineté migratoire, sans frontières nationales, sans volonté politique, nous sommes condamnés à la faiblesse, et donc à la dépendance et au torrent migratoire.

Il est urgent que la France remette en place ses frontières nationales, fasse savoir qu’elle n’acceptera plus un seul migrant sur son sol, et que nous cessions de déléguer à l’Allemagne et la Turquie la défense de nos intérêts nationaux.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 09:02

~~Dans Le Suicide français, Éric Zemmour tirait déjà le signal d’alarme. Il y a plus d’un an, il agitait le spectre de la guerre civile sans pour autant nommer les communautés potentiellement concernées, sans doute pour se préserver d’une nouvelle terreur médiatique. Terreur médiatique qui s’abattra à coup sûr sur Ivan Rioufol. Tous les qualificatifs seront les bons, de « raciste primaire » à « catholique zombie ». L’objet du délit ? La guerre civile qui vient, son dernier livre paru chez Pierre-Guillaume de Roux, qui met les pieds dans le plat : « Une guerre civile s’avance à pas de loup. Celle qui oppose déjà l’idéologie coranique conquérante aux démocraties occidentales fatiguées. »

La raison est simple, « l’armée de l’ombre existe ». Cette armée qui « compte en France des milliers de guerriers bénéficie de la passivité des cités, de la myopie du pouvoir, de la collaboration des premiers traîtres. Les huit cents “zones sensibles”, les cent cinquante mosquées salafistes, les écoles coraniques, les Frères musulmans sont autant de foyers d’incubation. » Comment en est-on arrivé là ? Un peu de haine de soi, de bien-pensance et quelques cachets de Pasdamalgam ont fait quelques dégâts.

Bienvenue dans la religion laïque humanitaire universelle, celle pour qui l’Autre est une chance pour la France, mon prochain ou mon frère en humanité – c’est selon. Celle qui aime le monde entier, mais surtout les migrants. Celle du genre humain, celle des No Border. La nation, ce fléau. C’est ce petit-lait qui a été inoculé à nos pseudo-élites – sciences-pistes, énarques -, ces clones vendus à leurs propres intérêts et à ceux du grand capital. Des dirigeants inconscients sur lesquels plane un esprit de dhimmitude, celui de la soumission et de l’asservissement. Eh oui, vous allez cohabiter, ne vous en déplaise. Une idéologie qui sonne comme l’abandon et le plus grand mépris du peuple français, de son histoire, de sa culture et de sa tradition. Les raisons de la crise sont connues. Maintenant, il faut résister.

Sauver ce qui peut encore l’être et ne rien céder. Rioufol nous donne quelques pistes. « La première des urgences, pour chacun d’entre nous, est de refuser de suivre plus avant ce monde désabusé, cloné, narcissique, bavard, hypocrite, qui a décidé que la nation encombrante, trop vieille et trop homogène, avait assez duré et qu’elle devait laisser la place à la nouvelle République multiculturelle, élément parmi d’autres d’une Union européenne sans âme. » Première étape, ne plus faire confiance au système politico-médiatique qui ne cesse d’édulcorer la réalité. Ne plus nier les différends religieux qui menacent de faire exploser notre pays si la folie immigrationniste se poursuit. « En avril 2015, quinze musulmans ivoiriens, maliens et sénégalais ont passé par-dessus bord douze chrétiens nigérians et ghanéens. » Qu’est-ce, sinon la manifestation de l’intolérance islamique ?

Face à l’urgence de la situation, Rioufol appelle de ses vœux le soulèvement de la société civile. « La nation et son peuple doivent réveiller la République et ses élites », écrit-il. Il rêve de l’intrusion des masses dans la vie politique et du coup d’État citoyen. Pour lui, le 11 janvier, ce n’est pas le vivre ensemble mais plutôt « la prise de conscience d’un abus de confiance ». Contrairement aux dires de l’oligarchie, l’état d’urgence n’est pas en mesure de freiner la logique guerrière à l’œuvre. Non, le mal est plus profond. « La guerre civile est tapie dans les plis du multiculturalisme, de l’immigration de masse et de la francophobie des “progressistes”. » L’esprit de corps franc doit revivre.

Pour reprendre la phrase de Péguy, « il faut avoir le courage de voir ce que l’on voit ». Ensuite, ne pas collaborer. Céder, faire quelques concessions à l’islam comme proposé par Pierre Manent, c’est mettre le doigt dans l’engrenage de la domination islamique. L’insoumission et le sursaut citoyen sont aujourd’hui nécessaires.

La guerre civile qui vient peut accélérer leur déclenchement. Alors non, ce dernier livre d’Ivan Rioufol n’est pas une mine d’informations inédites ni un chef-d’œuvre de style. Mais il est de ces ouvrages rares, de ceux qui ont le courage de mettre les bons mots sur une situation alarmante.

Charles Fabert

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 22:19

~~L’opposition à la loi El Khomri se mesure d’abord au niveau de cohérence de ceux qui bataillent contre ce projet de régression économique et sociale. Il est surprenant de retrouver dans le camp des opposants à cette loi des organisations et des responsables politiques qui ont toujours validé l’Union européenne, ont voté l’ensemble de ses traités et n’ont jamais émis la moindre critique contre elle. Il en va ainsi d’une partie du PS et de ses satellites, notamment.

suffit en effet de se plonger dans les innombrables textes de la Commission européenne sur le droit du travail en France pour comprendre que la loi El Khomri n’est que le nom donné à une exigence de l’Union européenne. Quand on ferraille contre cette loi, il faut donc aussi ferrailler contre l’Union européenne, sinon, on est dans l’incohérence ou, plus probablement, une forme de tromperie. Voilà pourquoi j’en appelle à une prise de conscience très large des Français, salariés comme chefs d’entreprise, sur l’urgence absolue de défaire le carcan destructeur de l’Union européenne.

La croissance, l’activité économique et le progrès social ne viendront pas de Bruxelles mais d’un sursaut patriotique parmi les peuples d’Europe.

Marine Le Pen

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 16:05

~~ Depuis des mois, ils grattaient à la porte. Plus ou moins discrètement. L’un, sans vergogne mais du moins sans hypocrisie, miaulait soir et matin comme un matou affamé dans la cour des palais de la République. L’autre, sans doute en quête de douceurs, s’aplatissait langoureusement sous les caresses. La troisième, après avoir maintes fois et hautement affirmé son entière indépendance, démentait de plus en plus mollement les rumeurs de plus en plus insistantes qui mettaient en doute la fermeté de sa résolution. La porte du gouvernement s’est enfin ouverte. La porte, ou plutôt la chatière, par laquelle ils se sont faufilés sans se faire prier. Emmanuelle Cosse, Jean-Vincent Placé et Barbara Pompili avaient enfin accédé au nirvana, l’une avec le titre de ministre, les deux autres comme simples secrétaires (d’État, quand même) à la faveur du récent remaniement. Fût-ce pour une durée et avec des attributions limitées, l’opération, maintes fois annoncée et longtemps différée, semblait avoir du sens. Il s’agissait, pour le Président, d’élargir la représentativité de son gouvernement et, en y réintroduisant une composante et une préoccupation écologistes, de couper l’herbe sous le pied des Verts tentés par la dissidence, voire l’opposition.

Nul ne doutait que les transfuges eussent, en retour, négocié et obtenu les garanties qui justifieraient leur ralliement à leurs propres yeux, auprès de leurs anciens camarades et dans l’opinion. Il leur a fallu déchanter. À peine admis dans la maison, il leur était signifié sans ménagement qu’il n’y avait pour eux plus de place à la grande table. En charge respectivement de la Réforme de l’État et de la Simplification, et de la Biodiversité, Placé et Pompili n’avaient aucune autorité sur aucune administration. Sans crédits, sans dossiers à défendre, c’est tout juste si on consentit à leur dénicher où loger dans les combles de quelque hôtel particulier du faubourg Saint-Germain. Quant à Emmanuelle Cosse, justement en charge du Logement, où l’on venait à peine d’effacer les dernières traces du passage en force de Cécile Duflot, elle était instamment priée de ne remuer ni pied ni aile qu’elle n’en eût reçu l’autorisation, dont elle comprit bientôt qu’elle ne viendrait jamais.

Les trois complices avaient rêvé de grands banquets républicains. Au moins eurent-ils droit, dans les débuts, aux miettes du festin, dont ils s’accommodèrent bon gré mal gré. Mais, ces derniers temps, à cette modeste pitance a succédé une pâtée avariée qu’on leur sert de mauvaise grâce dans des écuelles ébréchées. Il n’est plus de jour, en effet, qu’ils n’apprennent par la rumeur ou par la presse que telle ou telle mesure a été adoptée, telle décision prise, sans qu’ils aient été consultés ou informés, qui vont directement à l’encontre des idées et des valeurs qu’ils étaient censés porter, défendre et illustrer dans l’équipe où ils étaient entrés.

C’est l’annonce d’un référendum sur Notre-Dame-des-Landes, quand Emmanuelle Cosse avait fait de l’abandon pur et simple du projet la condition sine qua non de sa participation.

C’est la validation d’un permis de recherche du gaz de schiste sur 4.000 kilomètres carrés de l’Ardèche. C’est le renvoi à 2018 de la fermeture de Fessenheim.

C’est la prolongation de dix ans de la durée de vie de l’ensemble des centrales nucléaires… Autant de gifles, autant de camouflets publiquement infligés à trois malheureux, désormais tricards chez les Verts et ouvertement snobés par les Roses.

Ce mépris sanctionne une évidence qui aurait évité au président de la République et à son Premier ministre l’erreur classique que constituent les débauchages individuels. Mme Cosse, Mme Pompili, M. Placé (« tous ces noms dont pas un ne mourra, que c’est beau ») ne représentent qu’eux-mêmes. Ils n’ont apporté au gouvernement que leur appétit et leur couteau. Les voilà victimes d’un tri sélectif qu’ils n’avaient pas prévu.

À propos de choses incomparablement plus sérieuses, Winston Churchill stigmatisait les signataires des accords de Munich. « Ils ont accepté la honte pour éviter la guerre », disait-il. « Ils ont eu la honte et ils auront la guerre. » Les trois écolos rigolos ont accepté la honte pour accéder au pouvoir. Ils ont eu la honte et ils n’ont pas le pouvoir.

Dominique Jamet

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 14:25

Si, sur un plan stratégique, c’est bien à droite que Marine Le Pen a sa plus grande réserve de voix dans la perspective d’une présidentielle, et qu’il est souhaitable que le « ni droite ni gauche » ne devienne pas un « ni droite ni droite », les griefs formulés par les ténors de la prétendue droite des valeurs, qui n’est que trop souvent le cache-sexe de la droite affairiste, sont d’une infinie mauvaise foi et reposent sur ce postulat : le programme économique du Front national serait mélenchoniste.

Ne pouvant dépasser le Front national sur sa droite en termes d’identité, de souveraineté ou de sécurité, on l’attaque donc sur l’aspect économique en le rendant anxiogène chez les retraités et petits patrons. Or, le Front national n’a jamais remis en cause l’économie de marché mais en critique légitimement ses dérives. Le terme de libéralisme étant fourre-tout et recouvrant des philosophies aussi différentes que celle d’un Tocqueville, Bastiat, Hayek, Adam Smith ou Milton Friedman, il peut dire tout et son contraire. C’est donc bien à dessein que Marine Le Pen ne critique pas le libéralisme mais bien l’ultralibéralisme, à l’instar de Chantal Delsol. Or, c’est une lapalissade de rappeler que les grandes entreprises multinationales ne sont mues par aucun sentiment philanthropique de recherche du bien commun mais par la volonté de réaliser un maximum de profit au bénéfice de ses actionnaires, quitte à délocaliser, licencier à tour de bras en mettant sur le carreau des dizaines de milliers de familles.

Cela n’est pas très moral, convenons-en honnêtement, ni très catholique, Monsieur de Kerdrel. Elles sont la forme moderne des antiques féodalités du Moyen Âge que la royauté a dû combattre pour préserver l’unité du royaume ainsi que les plus petits. Sauf que dans un contexte de mondialisation, ces multinationales ont des capacités largement supérieures aux anciennes baronnies féodales. Promouvoir l’État stratège dans un tel contexte, c’est ni plus ni moins rappeler le principe de primat du politique sur l’économique cher à Carl Schmitt et à toute une pensée de droite.

C’est rappeler, à l’instar de Lacordaire à l’époque du développement du capitalisme sans foi ni loi du 19e siècle, « qu’entre les riches et les pauvres, c’est la loi qui protège et la liberté qui opprime », comme aussi toute la pensée sociale catholique, à des années-lumière de la droite affairiste et louis-philipparde, qui faisait sienne la formule de Guizot : « Enrichissez-vous, enrichissez-vous ». Faut-il rappeler que toute la tradition de la vraie droite, qu’elle soit contre-révolutionnaire ou bonapartiste, a été de combattre le capitalisme financier, autrement dit le primat de la finance sur le travail ? Aujourd’hui, ce sont ces mêmes multinationales qui font la promotion de l’immigration de masse pour réduire les coûts salariaux, à l’image du patronat allemand qui y voit une main-d’œuvre fraîche et bon marché, et ce, alors que le taux de pauvreté a augmenté de 48 % depuis 2006.

Ce sont également elles qui soutiennent massivement les lobbys LGBT afin de promouvoir toutes les prétendues réformes sociétales à l’instar de Microsoft, Apple, Amazon, Starbucks ou encore Nike. En réalité, ce capitalisme libéral, mondialisé, fait au moins autant pour la destruction des peuples, des familles et des esprits que madame Najat Vallaud-Belkacem et, avant elle, Vincent Peillon, dans leurs programmes scolaires. Ce sont les frères jumeaux, les deux faces d’une même médaille libérale-libertaire, l’union des soixante-huitards et des traders, le « cœur » à gauche et le « portefeuille » à droite. Droite des valeurs, vous avez dit ? Non, droite des voleurs !

Me Frédéric Pichon ( Vice Président du S.I.E.L)

(Monsieur de Kerdrel :directeur de Valeurs Actuelles)

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

Liens