Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 09:12

Pour répondre à la faiblesse démographique de son pays, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán vient de lancer un programme de soutien à la famille inédit en Hongrie.

Toute famille s’engageant à avoir trois enfants en dix ans obtiendra 10 millions de forints (soit environ 32.000 euros) en vue de l’achat d’un logement familial. Et un prêt de 10 millions supplémentaires à taux préférentiel. Enfin, le taux de TVA pour l’achat du logement en question sera considérablement réduit. Mais ce sont surtout les conditions d’obtention de cette aide qui attirent l’attention. Outre le fait que le logement a vocation à devenir le foyer effectif de la famille, celui-ci doit être une construction neuve (achat d’un logement neuf ou construction neuve sur un terrain vierge). Ceci permettra de soutenir le secteur du bâtiment. Dores et déjà, des municipalités rurales favorables à ce projet se sont proposées de mettre à disposition des familles éligibles à ce programme des terrains constructibles. Par ailleurs, les parents désireux d’obtenir cette aide doivent répondre à plusieurs critères de probité, en particulier ne jamais avoir fait l’objet de condamnations lourdes, et avoir travaillé durant les dernières années.

Sauf raisons médicales, la non-tenue de l’engagement d’avoir trois enfants dans les dix ans impliquera le remboursement à l’État des sommes indûment perçues. L’annonce de cette mesure en décembre 2015 est intervenue au terme d’une année où la Hongrie a vu plus de 400.000 clandestins traverser son territoire.

Pour répondre à ce phénomène, Orbán a fait ériger une clôture aux frontières serbe et croate, ce qui a eu pour effet de détourner intégralement le flux migratoire de la Hongrie. En comparaison, l’Allemagne – principale puissance invitante des « migrants » – a dépensé en 2015 plus de 17 milliards d’euros pour l’accueil des migrants. Ceux-ci étaient plus nombreux que le nombre de naissances en Allemagne en 2015.

Pendant ce temps, la France soumise à une vague d’attentats sans précédent s’interroge sur le sexe des anges, ou plus précisément sur la citoyenneté des terroristes. En outre, en 2015, elle a accordé une primo-délivrance de 212.365 titres de séjour, enregistré 79.126 demandes d’asile et procédé à 61.564 naturalisations. Chacun ses priorités.

Nicolas de Lamberterie

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 10:01

~~L’AFEP représentant les 115 plus grandes multinationales du pays, le Medef et quelques autres organisations patronales demandent au gouvernement dans le Journal du Dimanche un ensemble de « mesures d’urgence pour lutter contre le chômage ».

La mesure phare est la transformation du CDI en contrat précaire : l’entreprise pourrait licencier un salarié (sans indemnités ?) lorsqu’un « projet » est terminé ou selon la situation de la société. Enfin, les indemnités de licenciement, y compris celles liées à l’ancienneté, seraient plafonnées en cas de rupture. Tous les salariés seraient précarisés avec un CDI devenu un contrat précaire, potentiellement limité dans le temps à la réalisation d’un projet ou à l’excellente santé de leur entreprise. Leur précarité deviendrait si forte qu’on peut se demander comment des salariés sur un siège éjectable pourraient à l’avenir emprunter pour acheter leur logement ?

Une autre mesure, énigmatique pour ceux qui ne suivent pas l’actualité économique, est « une facilitation des nouvelles formes d’activités indépendantes ». Il s’agit de changer la loi pour que les grandes plateformes numériques comme Uber puissent faire travailler des entrepreneurs indépendants en lieu et place des salariés. Ceci est aujourd’hui en théorie interdit par la loi afin d’éviter que des entreprises sans scrupules se passent de salariés et emploient à leur place des indépendants totalement dépendants, taillables et corvéables à merci.

Il y a deux ans, Pierre Gattaz promettait un Pin’s sur le cœur que la baisse de charges de 40 milliards d’euros accordée par François Hollande serait suivi de la création d’un million d’emplois. Entre 2013 et 2015, il n’y a pas eu de créations d’emplois dans le secteur privé et le bilan de cette mesure couteuse est dramatique. Les grands patrons font semblant d’oublier que c’est la croissance de l’activité qui entraîne des créations d’emploi et non la précarisation de tous les Français. Ils prennent une fois de plus les Français pour des idiots.

Seule, une relance déterminée de l’activité économique en utilisant tous les moyens d’une France à nouveau souveraine permettra de retrouver une forte croissance et une importante création d’emplois. Il est donc nécessaire de passer au nouveau Franc, une monnaie moins chère pour relancer nos exportations et retrouver notre compétitivité, relancer la croissance par de grands projets financés par de la création de monnaie par la Banque de France, mettre en place le protectionnisme intelligent et le patriotisme économique en faveur des entreprises françaises

Philippe Murer Conseiller économique de Marine Le Pen

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 09:07

~~ Mardi 6 janvier, le journal de 20 h de France 2 nous gratifiait d’un reportage sur « la dérive autoritaire de la Pologne ». On y apprenait que le nouveau gouvernement conservateur de ce pays, désigné de façon péjorative comme « populiste » par David Pujadas, veut imposer ses idées aux médias publics.

Le ministre de la Culture polonais était invité sur le plateau du JT et il n’hésitait pas à déclarer ouvertement : « Votre chaîne fait de la propagande depuis des années. Maintenant, c’est terminé. » L’auteur du reportage se demandait si la démocratie polonaise était en danger. Il est intéressant, effectivement, de se poser cette question, d’autant plus que la justice de ce pays subit également une reprise en main avec une réforme de sa Cour constitutionnelle, mais il est intéressant également de se poser les mêmes questions concernant la France.

Le gouvernement ne serait-il pas en train d’insérer l’état d’urgence dans le Code pénal et de donner plus de pouvoirs aux préfets et aux procureurs, sans contrôle de la justice ? N’y a-t-il pas un parallèle avec les réformes polonaises ? Autre élément concernant les médias publics : un communiqué assez surprenant est visible sur le site du syndicat Force ouvrière de France Télévisions. Il est intitulé « Soirée spéciale “climat” à France 2 : mission d’information ou propagande ? » Il y est écrit : « Les deux documentaires mis à l’antenne nous ont semblé manquer d’objectivité en relayant un message unilatéral calqué sur la ligne politique gouvernementale. » Il y est question de l’émission « Le Signal – Les sentinelles du climat » que j’ai déjà eu l’occasion d’épingler dans mon billet du 1er décembre. On apprend que des images « ont été artificiellement vieillies et travaillées afin de les faire passer pour de vieux films familiaux amateurs », et l’auteur de ce communiqué s’interroge sur la déontologie et l’éthique de ce procédé dans le cadre d’une émission d’information. On apprend également que le second documentaire de cette soirée, très spéciale, a été confié « à une journaliste connue pour être une militante écologiste convaincue qui a longtemps appartenu aux instances dirigeantes d’Europe Écologie Les Verts (EELV) » ! Il rappelle ensuite le licenciement de Philippe Verdier pour divergence d’opinion avec la doxa sur le réchauffement climatique. Je n’ai aucune affinité avec FO, mais je tiens à souligner qu’il a été le seul syndicat à soutenir ce journaliste lorsque ses ennuis ont commencé.

Ces actions montrent en tout cas qu’il existe encore, dans l’audiovisuel public, quelques personnes pour qui l’honneur et la liberté d’expression ont un sens. Pour en revenir au parallèle entre les situations en Pologne et en France, si le gouvernement polonais a opté pour une communication ouverte et provocante, le gouvernement français a choisi la discrétion de la désinformation. De ce fait, il est évident qu’il nous est de plus en plus difficile de donner des leçons de démocratie aux autres pays.

Marc Le Menn

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 09:16

~~ Nous connaissons l’assassin mais qui sont les complices de ce double meurtre ?

Élise Fauvel, 24 ans, assistante de direction en recherche d’emploi, et Julien Tesquet, 31 ans, infirmier au CHU de Rouen, ont été assassinés dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 décembre 2015. Élise a été violée avant d’être tuée. L’auteur de ce double meurtre, et du viol, vient d’être arrêté. L’ADN retrouvé sur les lieux du double crime (l’appartement d’Élise Fauvel, à deux pas de la place du Vieux-Marché à Rouen) prouve sa culpabilité sans le moindre doute. Les deux corps dénudés étaient allongés côte à côte sur le sol. Le « tueur présumé » : il s’agit d’un Rwandais de 34 ans, Jean-Claude Nsengumukiza, en situation irrégulière en France depuis 2001. Condamné en 2011 à 8 ans de prison par la cour d’assises de la Seine-Maritime pour avoir (déjà) violé une jeune Rouennaise dans la nuit du 4 au 5 août 2009. Il avait été libéré trois semaines plus tôt, en novembre, du Centre pénitentiaire du Havre, après seulement quatre années d’emprisonnement. Le jury populaire avait prononcé une interdiction définitive du territoire français. Il aurait donc dû être expulsé dès sa libération, mais cette décision n’a pas été exécutée.

Alors je pose cette question : le coupable – ce monstre – va payer, certes, mais les complices de ce double meurtre : – ceux qui l’ont fait sortir de prison 4 années plus tôt, – ceux qui l’ont laissé libre de circuler dans la région rouennaise, – ceux qui n’ont pas procédé à son expulsion ne sont-ils pas les complices de ces deux assassinats ? Sans leur laxisme, le délitement de leurs fonctions, le désintéressement total de la vie d’autrui, le manque total de fermeté de leurs hiérarchies, deux jeunes Français innocents seraient toujours en vie aujourd’hui. Ces magistrats et ces fonctionnaires vont-ils poursuivre leurs carrières en toute tranquillité ? Auront-ils des nuits calmes ? Ne seront-ils pas hantés par les fantômes d’Élise et de Julien ? C’est tout le malheur que je leur souhaite, puisque je n’ai pas le pouvoir de les condamner ! Madame le garde des Sceaux, Christiane Taubira, êtes-vous fière de votre justice ? Comme il est dommage, certaines fois, que la peine de mort ait été abolie ! C’est le seul châtiment que mérite ce genre de monstre ! Manuel Gomez

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 16:26

~~ On a trouvé les fameuses "valeurs" de la République Florence Robine, Directrice générale de l'enseignement scolaire au Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, publie un courrier pour enseigner non pas à lire, écrire, compter, mais les fameuses valeurs de la République :

"Cette année a été placée par la ministre de l'éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, sous le signe d'une forte mobilisation de l'ensemble de l'institution scolaire pour les valeurs de la République. Un ensemble de ressources sont mises à votre disposition par le réseau Canopé au sein d'un portail intitulé "Valeurs de la République" : https://www.reseau-canope.fr/les-valeurs-de-la-republique. Ce portail a pour objectif de porter un double éclairage, à la fois historique et philosophique, sur l'ensemble des notions et des termes propres à la République et à ses concepts fondateurs.

Ces ressources sont accompagnées de définitions et de textes de référence facilitant le travail pédagogique avec les élèves. Elles pourront être mobilisées dès le mois prochain, pour l’enseignement moral et civique et les échanges pédagogiques que vous serez amenés à conduire à l’occasion des commémorations un an après les attentats de janvier 2015. A cet effet, différentes ressources seront mises en ligne par le réseau Canopé, en lien avec l'association "Dessinez, Créez, Liberté" initiée par Charlie Hebdo, ainsi qu’un numéro spécial de "Mon Petit Quotidien". Des projets artistiques en préparation viendront compléter et appuyer ces supports pédagogiques afin d’aborder avec les élèves les événements passés et, au-delà, la liberté d’expression et la liberté de la presse.

Des citoyens engagés dans la Réserve citoyenne de l’éducation nationale sont mobilisables, à vos côtés, pour accompagner et enrichir des projets que vous aurez construits pour ces commémorations. Des ressources nouvelles en cours de construction, en particulier pour l’éducation aux médias et à l’information et pour l’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, seront également mises à disposition des équipes éducatives et pédagogiques sur le portail "Valeurs de la République". Je sais votre attachement à faire vivre les valeurs de la République et les valeurs citoyennes en classe et dans l'exercice de votre métier et vous remercie par avance de votre engagement à transmettre ces valeurs et ces principes qui sont au cœur de notre École et de notre société démocratique."

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 09:41

~~ Le Front national vient d’obtenir un score historique : plus de 6,8 millions de voix. Face à la coalition de tous les partis, il confirme qu’il est bien le premier parti de France. Mais il ne gagne aucune région. Dans le même temps, l’ensemble des droites en France est largement majoritaire. Et pourtant, la gauche l’emporte dans cinq régions, alors qu’elle n’est majoritaire que dans une seule. Le plafond de verre du système s’est fissuré mais il a résisté. Rien n’indique qu’il cèdera en 2017. Il convient donc de s’interroger sur la stratégie au regard de la situation actuelle, telle qu’elle est et non telle qu’on la souhaiterait. Il convient avant la prochaine bataille de prendre le temps de la préparer, de réfléchir à une nouvelle stratégie. En d’autres termes, de se donner les moyens de gagner. À partir du socle considérable de 28 % d’électeurs, tout est possible pour la droite patriote. Mais sous conditions.

J’en vois quatre à cette heure, il peut y en avoir d’autres.

D’abord, il faut bâtir un programme présidentiel. Sans rien céder sur l’essentiel, sur ce qui constitue le noyau du vote Front national et lui permet d’arriver en tête du premier tour, à savoir la question identitaire, ce programme doit viser à effacer les réticences qui existent au sein de l’électorat des Républicains. Il doit permettre la grande réunification des électeurs des droites au deuxième tour. Pour des raisons évidentes, ce programme ne peut pas être le seul fruit d’un travail interne au Front national.

C’est la raison pour laquelle la deuxième condition de la victoire est la capacité à fédérer des personnalités indépendantes de la droite patriote et à les intégrer dans l’élaboration de ce programme.

Ceci fait, ou en parallèle, afin de montrer la capacité d’ouverture du Front national, qui ne doit plus apparaître comme une force isolée, il doit être constitué un Comité national de direction stratégique de la campagne ouvert à des personnalités n’appartenant pas au Front national. Ce comité ne doit pas être

La quatrième condition de la victoire est la création d’une synergie en ouvrant, plusieurs mois avant la Présidentielle, les investitures aux Législatives à des personnalités locales ou nationales extérieures au mouvement de Marine Le Pen. Je peux comprendre les réserves que peuvent susciter mes propositions au sein d’un parti comme le Front national. Mais l’ouverture que je propose n’est pas celle de Nicolas Sarkozy. Elle n’est pas le germe d’une trahison, mais la condition essentielle d’une extension électorale conduisant à la victoire finale. Oui, la victoire est possible ! Mais elle exige des ruptures, elle nécessite une méthode. C’est dans ce but que, dès janvier, je m’engagerai totalement et annoncerai diverses initiatives.

Parce que je souhaite la victoire de Marine Le Pen, parce que je la crois indispensable pour le salut de la France, j’appelle tous les patriotes à se préparer pour ce grand combat.

Robert Ménard

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 16:14

~~Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

En rassemblant sur ses listes 6 820 147 voix, le Front National recueille un nombre record de suffrages lors du second tour des élections régionales, multipliant par trois son nombre de voix par rapport aux élections régionales de 2010. Il progresse de plus de 800 000 suffrages par rapport au premier tour, alors même qu’il ne bénéficiait théoriquement d’aucune « réserve » de voix. Dans une élection locale, le Front National dépasse même de près de 400 000 son précédent « record » en nombre de voix, lors de l’élection présidentielle de 2012 (6 421 426). Ces résultats remarquables permettent l’élection de 356 conseillers régionaux du Front National, multipliant par trois son nombre d’élus (117 lors de la précédente mandature). Le Front National obtient une représentation dans les hémicycles de la totalité des 13 régions métropolitaines et sera, numériquement, dans beaucoup d’entre elles, la première force d’opposition régionale. Les manœuvres politiciennes d’entre deux tours, les menaces de Manuel Valls et l’hystérie anti-FN déployée par certains, n’auront donc pas pu empêcher la dynamique bleu marine sur l’ensemble du territoire ni intimider les électeurs patriotes. Après les élections municipales et départementales, ces élections régionales marquent une nouvelle étape dans la progression et l’ancrage territorial du Front National.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 09:20

~~ Quinze questions simples :

1/ Estimez-vous que l’actuel président de la République et son prédécesseur sont, ont été, et seront à la hauteur de leurs fonctions, de leurs promesses et des problèmes que connaît notre pays ?

2/ Jugez-vous nos dirigeants et notre classe politique en général uniquement animés par la considération de l’intérêt public, de l’intérêt national et le sens de l’État ?

3/ Pensez-vous que, si rien ne change dans notre paysage politique, vous avez une chance de voir de votre vivant s’inverser la courbe du chômage, se combler le gouffre de la dette et disparaître le déficit du budget ?

4/ Vous semble-t-il qu’il n’y a toujours pas d’autre choix que l’alternance au pouvoir des deux grands « partis de gouvernement » ?

5/ D’après vous, la représentation des opinions dans leur diversité, le pluralisme et la liberté d’expression sont-ils convenablement assurés dans notre pays ?

6/ Plus précisément, la mainmise sur l’ensemble des médias par un certain nombre de puissances économiques, financières et politiques vous paraît-elle compatible avec leur indépendance ?

7/ Le monde entier nous envie-t-il toujours la qualité de notre administration ?

8/ Notre organisation territoriale – État, régions, départements, métropoles, communes, communautés d’agglomérations, etc. – vous semble-t-elle rationnelle et fonctionnelle ?

9/ Le poids des diverses fiscalités – générale, sociale et locale — vous paraît-il supportable ? L’argent public est-il géré avec rigueur ?

10/ Les nombreuses réformes et les innombrables ministres de l’Éducation nationale ont-ils substantiellement amélioré la qualité de notre enseignement ?

11/ La justice et la police, face à la montée de la délinquance et à la menace du terrorisme, sont-elles en mesure dans les conditions actuelles d’assurer le maintien de l’ordre public dans notre pays ?

12/ Êtes-vous satisfait de la politique suivie depuis trente ans en matière d’urbanisme, de logement et de transport ?

13/ Êtes-vous favorable à une intégration plus poussée de la France dans l’Union européenne, autrement dit à une délégation des prérogatives de l’État en matière de budget, de monnaie, de libre circulation des biens et des personnes, de lois, de justice, de défense et de diplomatie à des instances supra-nationales ?

14/ Considérez-vous toute tentative de réguler les flux migratoires et de contrôler nos frontières comme une atteinte intolérable aux droits de l’homme ?

15/ Rejetez-vous comme infondées ou inadmissibles toutes les critiques adressées à nos gouvernements successifs concernant la défense de notre niveau de vie, de notre genre de vie, de notre cohésion sociale et nationale, de notre culture, de notre civilisation et de notre identité ?

Si vous avez répondu « oui » à ces quinze questions, il n’y a aucune raison que vous ne continuiez pas à voter UMPS…

Dominique Jamet

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 09:10

~~ Le Front national est donc le premier parti de France .

Ni une ni deux, ce sont peut-être trois, ou quatre, ou cinq, ou même six régions qui tomberont dimanche prochain dans l’escarcelle de la formation que préside Marine Le Pen. Le parti dit des « Républicains », pour sa part, ou plus exactement le regroupement de feu l’UMP, de l’UDI et du Modem, a vu le tsunami bleu qu’il espérait se réduire d’heure en heure aux dimensions d’une grande marée, puis d’un mascaret, puis d’une grosse vague, puis d’une vaguelette. Du grand chelem escompté ne reste plus que la probabilité d’emporter quatre régions. Les socialistes détenaient vingt-et-une régions sur vingt-deux. Par le miracle de la réforme territoriale – l’arithmétique politique est à l’arithmétique ce qu’est la musique militaire à la musique – ils peuvent, avec l’appoint des restes de la gauche, en conserver trois, donc n’en perdre que neuf. Deux partis et deux hommes sont les grands perdants de cette affaire. Consécutif aux événements dramatiques que l’on sait, le regain de popularité dont bénéficie François Hollande, s’il a probablement limité les dégâts pour le PS, n’a pas préservé celui-ci d’une nouvelle et accablante défaite.

Au début du quinquennat en cours, les socialistes contrôlaient la majorité des grandes villes, des départements, la quasi-totalité des grandes villes de France et le Sénat. Feuille à feuille, quatre élections successives ont dépouillé de ses attraits le bel artichaut rose. De toutes leurs splendeurs ne leur restent que leur majorité à l’Assemblée et leur président, tous deux soumis à renouvellement, et sans doute promis à une dernière déroute d’ici seize mois. Dans ces conditions, quelle autorité et quelle crédibilité peut bien conserver le furieux qui occupe encore les fonctions de Premier ministre ?

Encore Manuel Valls peut-il se targuer d’être moins contesté que l’ancien chef de l’État qui préside nominalement aux destinées des « Républicains ». Nicolas Sarkozy avait écrit et publié le scénario de Retour du cap Nègre, le film à grand spectacle et happy end qui se terminait par sa rentrée triomphale à l’Elysée. D’abord remettre la main sur la vieille UMP, puis ravaler sa façade délabrée, puis réaliser l’union de la droite et du centre, puis gagner les régionales, puis remporter la primaire, puis… Le beau rêve vient de se fracasser sur les écueils de la réalité. Les vieux rivaux de M. Sarkozy et les jeunes concurrents à sa succession ont montré les dents lors de la réunion de leur bureau politique. La meute n’attend que le second tour pour passer à la curée. Dans leur désarroi, les socialistes ont commis la faute qu’ils devaient éviter mais qu’ils ne pouvaient pas ne pas commettre. Dès lors qu’à les en croire, une victoire électorale du Front national, parti pourtant parfaitement légal et qui n’a jamais envisagé de passer par une autre voie que celle des urnes, mettrait la République en danger, ils ont ressorti des placards où elle prenait la poussière depuis des décennies, sous le nom de « barrage républicain » l’antique formule de la Troisième Force qui fut un temps en vogue sous la IVe. Lourde erreur : les esprits en France ne sont nullement préparés à plébisciter une « grande coalition » à l’allemande, au demeurant incompatible avec la logique de l’élection présidentielle. L’opinion y verrait plutôt qu’un glorieux Front républicain la constitution d’un syndicat des sortants prêts à tout pour sauver leurs places et leurs prébendes, et la concrétisation de l’UMPS préventivement dénoncée depuis des années par le Front national. Improvisée dans la panique, la manœuvre a d’ores et déjà partiellement échoué, d’abord parce que M. Sarkozy n’est pas tombé dans le piège et que, s’il s’apprête à empocher le joli cadeau qu’on lui propose, il n’est nullement disposé à y répondre par une quelconque contrepartie, ensuite parce que les premières réactions des électeurs de gauche supposés sauver la mise aux candidats de la droite en péril, très largement négatives, donnent à penser que le report se fera mal ou ne se fera pas.

Enfin, l’initiative de M. Valls et la mobilisation générale des journaux comme il faut relèvent une fois de plus de la tactique utilisée depuis quarante années contre le Front national, avec le brillant succès que l’on a pu constater. Au lieu de s’interroger sur les raisons qui expliquent l’irrésistible ascension de Marine le Pen et de chercher à corriger, s’il en est temps, les fautes commises, les adversaires du Front n’ont rien imaginé de mieux que de crier « Au feu ! Au secours ! A l’assassin ! » Tour à tour traités de « cons » ou de « salauds », les millions de Français acquis au vote frontiste ou tentés par celui-ci sont mis en garde contre la démarche en effet effrayante qui consiste à glisser diaboliquement un bulletin dans une enveloppe. Est-ce le Front, est-ce la démocratie qui met la France en danger ? « Attention ! électeurs méchants » ? Les héroïques défenseurs de la République n’ont pas trouvé mieux ? On jugera de leur efficacité aux résultats. Rendez-vous dimanche 13…

Dominique Jamet

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 09:31

~~ Monsieur le Directeur général,

Vous avez cru opportun de consacrer deux fois deux pages entières de votre journal, annoncées en une, pour appeler à voter contre moi aux élections régionales. Vous le faites sans même me donner la parole, ce qui déjà en dit long sur votre éthique professionnelle et la conception particulière de la démocratie qui semble vous animer. Avec quelques difficultés pour manier les paradoxes, mais en gardant votre sérieux, vous bredouillez dans le Monde que cette initiative ne serait pas dirigée contre ma personne. Prisonnier de vos a priori inutilement belliqueux, vous ne vous êtes pas même rendu compte que vos propos sont insultants, non pour moi qui ne fais guère de cas de votre opinion, mais pour près de la moitié des gens de la région qui s’apprêtent à voter le 6 décembre. Quelle idée avez-vous de vous-même pour vous croire autorisé à vous ériger en autorité morale et à lancer des fatwas contre vos concitoyens ?

En adoptant une ligne éditoriale volontairement militante, vous avez pris le parti de sortir « la Voix du Nord » de la catégorie de la presse régionale, par nature objective et respectueuse de toutes les opinions. C’est là votre responsabilité pour l’avenir du journal. Pour autant, il me semble difficile de vous ranger dans la presse d’opinion tant vos piteux développements, exempts d’éléments informatifs ou même d’analyses, apparaissent relever de la simple invective de comptoir. Même vos confrères semblent consternés par le niveau de vos papiers. Mais, pour tout vous dire, je me félicite de cette clarification utile. En tombant le masque, en tentant de vous porter au secours du candidat socialiste en déroute, vous ne faites que mettre en évidence des connivences jusque-là clandestines que beaucoup pressentaient, mais auxquelles vous avez fourni une éloquente démonstration. Personne ne doit ignorer que les « valeurs » dont vous vous targuez se résument au chiffre de 9 millions d’euros que votre groupe prétendument « indépendant » a perçus de la région socialiste. Certains peuvent désormais s’interroger rétrospectivement sur l’étrange retenue dont votre journal a fait preuve dans les innombrables affaires de corruption qui ont pendant des années émaillé l’actualité judiciaire de la région.

Mais le plus grand mérite de votre initiative est de venir illustrer, s’il en était besoin, le clientélisme qui gangrène la région et que je m’honore de combattre : ce clientélisme qui sévit dans la région n’a rien à envier aux procédés mafieux. Votre initiative ne fait que conforter les citoyens libres dans leur volonté d’en finir rapidement avec ce système délétère. Votre silence sur la révélation que j’ai faite hier de votre participation financière à la télévision locale de Xavier Bertrand aux côtés de la très louche entreprise Bygmalion démontre, s’il en était besoin, que votre sens de la justice et de la morale est à géométrie variable, ne s’appréciant qu’à la lumière de vos liens financiers avec le PS et l’UMP. Il est tellement plus facile d’être flingueur quand on est systématiquement du côté du manche. J’ai trop de respect pour le journalisme pour considérer que transformer un organe régional en tract partisan à quelques jours d’une élection relèverait d’une démarche professionnelle. La profession de journaliste est, à mes yeux, indissociable de la démocratie et de la liberté. Personne davantage que moi ne mesure combien notre liberté de la presse est indispensable face aux puissants, aux gens installés, aux féodalités. Elle conditionne et garantit la liberté de tous les citoyens. Votre attitude d’une affligeante servilité vis-à-vis de puissants relève, me semble-t-il, exactement de la démarche inverse.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur général, l’expression de la considération que vous méritez.

Marine Le Pen

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

Liens