Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 13:43

Tous les individus interpellés mercredi matin et placés en garde à vue dans le cadre d’une opération de police très médiatisée visant officiellement des « islamistes radicaux » (sic) présumés ont été relâchés vendredi 6 avril sans être poursuivis, au terme de 37 heures de garde à vue. Sur les dix personnes arrêtées, quatre avaient déjà été remises en liberté jeudi soir. L’un des avocats de deux frères, interpellés à leur domicile, a dénoncé le 7 avril à Pau une « bavure » et a annoncé son intention de demander réparation au civil.

La super-médiatisation de cette opération (certaines chaînes de télé ayant été prévenues la veille au soir) de cette seconde opération de police, après celle du 30 mars contre le sous-groupuscule salafiste Forsane Alizza, n’aura donc été qu’une vaste mise en scène pseudo sécuritaire de quelques dizaines d’heures. On s’en doutait déjà, on en a maintenant la preuve.

Parmi les interpellés du 4 avril, se trouvait un islamiste tchétchène qui vivait en France sous « statut de réfugié politique » et qui désormais « sera assignée à résidence ». Selon l’AFP, il s’agirait « d’un Tchétchène né à Grozny en 1991, domicilié dans les Hauts-de-Seine, ‘qui fait beaucoup de propagande très radicale sur internet et professe les thèses les plus fondamentalistes de l’islam’. Selon la même source, Facebook a suspendu à plusieurs reprises son compte. L’individu aurait publié sur internet des vidéos de décapitation, des photos de combattants tchétchènes, et dit posséder plusieurs armes dont il affirme que certaines ont déjà servi, selon cette source. Ses parents avaient obtenu le statut de réfugié politique à leur arrivée en France, il y a plusieurs années, alors qu’il était mineur. A sa majorité, il a bénéficié du report de statut de réfugié politique sur sa personne. »

Un autre islamiste tchétchène recherché par les services de police vivait jusqu’alors tranquillement dans le quartier Maugout, à Saint-André-les-Vergers dans l’Aube.

Ces individus sont connus pour leurs opinions militantes très proches de celles de Doku Umarov, l’ »émir » du Caucase, chef salafiste (bien qu’il s’en défende) des groupes armés jihadistes qui opèrent dans une zone allant du Daghestan à l’Ingouchie, en passant par la Tchétchénie, depuis plusieurs années.

La France, tout comme un certain nombre de pays de l’Union européenne à l’instar de la Belgique, est connue pour abriter des réseaux de soutien et de propagande à la cause anti-russe dans le Caucase du nord, y compris des réseaux affiliés idéologiquement au salafisme révolutionnaire. Comme kavkazcenter, ce site pro-terroriste parfaitement légal en France, ayant même été hébergé dans notre pays au plus fort des opérations antiterroristes menées par les troupes russes dans le Caucase, en plein accord avec les autorités françaises qui ont refusé les demandes russes exigeant sa fermeture (source).

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 14:17

Hier à Saint-Denis dans la banlieue parisienne, au collège Garcia Lorca, une enseignante a été très violemment agressée pendant son cours par un voyou cagoulé.Ces agressions sont extrêmement fréquentes. Elles sont inacceptables. Toutes les mesures doivent être prises pour qu’elles ne puissent se perpétrer et, lorsqu’ils sont arrêtés, les agresseurs doivent être très sévèrement condamnés.

Le gouvernement de Nicolas Sarkozy a toujours fait preuve du plus grand laxisme. L’institution judiciaire dépendant du gouvernement de Nicolas Sarkozy a toujours excusé ces délinquants.

Le corps enseignant doit savoir qu’élue, Marine Le Pen prendra les mesures clairement nécessaires. Elle rétablira la valeur centrale de discipline : La valeur fondamentale de respect du professeur retrouvera toute sa place. L’insécurité à l’école sera traitée de la même manière que l’insécurité en général, c’est-à-dire « tolérance zéro », en outre, les peines réprimant l’agression d’un professeur seront aggravées. L’école est un lieu à part dans la République, ce n’est pas un simple appendice de la société, elle doit être un sanctuaire alors qu’elle aujourd’hui abandonnée

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 13:12

De mieux en mieux la justice de Nanterre savait depuis deux ans qu'il existait des transferts de fond entre la Suisse et Neuilly sous l'égide de Patrice de Maistre

Aucune investigation n'a été diligentée. C'est un SCANDALE judiciaire

 

 

Les transferts d'argent liquide qui relancent l'affaire Bettencourt étaient connus de la justice depuis l'automne 2010. Effectués entre la Suisse et la France, ces mouvements - dont la justice soupçonne que certains seraient liés au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 - avaient été évoqués par l'avocat genevois de la famille Bettencourt au cours d'un interrogatoire conduit par un juge suisse en présence du procureur Philippe Courroye et de deux policiers parisiens.

Ni ces révélations ni les documents bancaires saisis à l'époque n'ont entraîné d'investigations particulières par la suite, jusqu'à ce que le juge bordelais Jean-Michel Gentil relance cette piste. Dans cette audition datée du 1er octobre 2010 - dont Le Point révèle la teneur dans son édition de jeudi 5 avril, l'avocat René Merkt, qui supervisait les avoirs des Bettencourt dans les banques genevoises, racontait qu'il avait été requis par l'homme de confiance de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, pour organiser des transferts d'argent liquide.

Le POINT

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 11:40

 

Par leur intervention en Libye, Nicolas Sarkozy et son ami l’intellectuel de gauche Bernard-Henri Lévy ont déclenché une vague islamiste dans toute l’Afrique sahélienne. Le Mali risque de n’être que la première pièce d’un domino qui frappera le Niger, le Tchad, la Mauritanie et au-delà.

Le problème n’était pas Kadhafi, dictateur odieux que Nicolas Sarkozy avait pourtant reçu dans des conditions humiliantes pour la France. Le problème était son remplacement. Vouloir imposer la démocratie à coup de missiles était irréaliste dans un pays profondément taraudé par des divisions tribales et régionales, dans une partie du monde travaillée par l’islam radical. Chacun sait que les frontières en Afrique sont artificielles, et les équilibres politiques fragiles.

Marine Le Pen, seule, a dénoncé l’aventure libyenne de Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui, les Africains en payent les conséquences. Bientôt, des vagues de réfugiés vont frapper aux portes de l’Europe, et notamment de la France. Il est temps de renvoyer Nicolas Sarkozy à sa vie privée. Il est temps de ne plus écouter les idéologues de la Rive gauche.

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 18:47

 

19

Délation : L’Huma dresse la liste de ceux qui ont parrainé Marine Le Pen

« Marine Le Pen bluffait » lorsqu’elle expliquait avoir du mal à trouver ses signatures pour se présenter à la présidentielle, croît savoir le journal communiste L’Humanité daté de ce jour. Dans l’unique but de pratiquer l’art de la délation, dans lequel les communistes ont toujours excellé, L’Huma entend faire pression sur les élus en publiant leurs signatures (mais pas toutes : uniquement celles ayant permis à Marine Le Pen de se présenter !).

Par cette attitude délétère, L’Huma démontre une nouvelle fois qu’il véhicule une idéologie en totale contradiction avec l’esprit républicain et démocratique qui animait son fondateur Jean Jaurès, avant que les séides de Lénine et de Staline ne s’en accaparent dans l’entre-deux-guerres pour en faire une feuille de propagande au service de l’idéologie la plus criminogène du XXe siècle.

A vomir !

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 21:56

Le ministre des finances allemand Wolfgang Schäuble veut proposer un placement des finances publiques des Etats membres de l'UE sous la surveillance de commissions d'experts, indique le magazine Spiegel à paraître lundi 2 avril en citant un document interne du ministère. D'après l'hebdomadaire, le ministre souhaite proposer la mise en place de commissions d'experts indépendants, au niveau national et européen, afin de contrôler la discipline budgétaire des Etats.

Selon M. Schaüble, ces commissions, au sein desquelles siégeraient des spécialistes, seraient chargées de surveiller les budgets des Etats membres de la zone euro et plus largement de l'Union européenne et mettre en garde contre "les développements anormaux" susceptibles de mener à une crise.

RENFORCER LE POUVOIR DU COMMISSAIRE AUX FINANCES

Le document du ministère précise que ces commissions ont également vocation à "vérifier la compatibilité entre les politiques financières nationales et la réglementation européenne", soit le pacte de stabilité et le nouveau pacte budgétaire, ajoute l'hebdomadaire. Selon l'entourage du ministre cité par le Spiegel, il est également question de renforcer le pouvoir du commissaire européen aux finances qui serait chargé de faire appliquer les règles européennes, "sans droit d'opposition des autres commissaires ou du président de la Commission".

Le nouveau pacte budgétaire, signé début mars par 25 pays membres de l'UE vise à renforcer la discipline commune pour tirer les leçons de la crise de la dette. Il instaure notamment des "règles d'or" sur l'équilibre des comptes et des sanctions quasi-automatiques en cas de dérapages des déficits publics, comme le voulait à tout prix l'Allemagne.

Les députés de la chambre basse du Parlement allemand, le Bundestag, ont commencé eux à examiner jeudi les deux piliers de l'édifice ...

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:32

 

On nous dit que la crise est fini. Les peuples d'europe, à l'agonie se dresse pour sauver leur vie

En France seule Marine Le Pen propose une voie de salut. Les autres candidats se préparent à nous transformer en Grecs en Espagnols ou en Portugais

Ne vous y trompez pas L'EURO C'EST FINI

Une marée humaine agitant des nuées de drapeaux rouges a défilé jeudi dans toute l'Espagne, des manifestations émaillées de violences à Barcelone, au soir d'une grève générale contre la réforme du travail et la politique d'austérité du gouvernement de droite.

A la veille de l'annonce du budget 2012, marqué par une cure de rigueur sans précédent, des centaines de milliers de personnes ont manifesté à travers le pays, point d'orgue de l'exaspération sociale qui grandit sur fond de chômage galopant, de récession et de coupes sociales draconiennes.

Portant de petites pancartes où étaient dessinés des ciseaux, symbole des réductions budgétaires, au moins 100.000 manifestants ont parcouru les avenues du centre de Madrid.

Dans le cortège, José Luis Rodriguez, commercial dans le secteur automobile de 35 ans, expliquait avoir fait le choix de perdre une journée de salaire pour défendre ses droits, en faisant grève pour la première fois de sa vie.

"Cette journée va me coûter 60 euros, c'est peu en comparaison de ce qu'ils risquent de me prendre demain avec la réforme, ils peuvent me jeter à la rue", lançait-il. "Ils attaquent les droits des travailleurs, si nous ne sortons pas dans les rues, ils ne sauront pas que nous sommes contre la réforme."

Les manifestants, évalués à 800.000 par les syndicats, défilaient aussi à Barcelone, la deuxième ville du pays, où des violences ont éclaté entre policiers et groupes de jeunes.

"La police a dû intervenir et a utilisé des balles en caoutchouc" face à un "groupe assez important" qui a provoqué "des incidents violents", a déclaré un porte-parole du ministère régional de l'Intérieur.

Partout ailleurs, la mobilisation était forte, avec 50.000 personnes à La Corogne selon la police, 25.000 à Saint-Jacques de Compostelle selon les syndicats et entre 72.000 et 400.000 dans toute l'Andalousie, suivant les estimations.

Des incidents ont aussi éclaté à Madrid, Vitoria et Séville. Au total, 176 personnes ont été interpellées, 58 policiers et 46 manifestants ou grévistes ont été blessés, selon le ministère de l'Intérieur.

Brandissant des pancartes avec les mots "Réforme du travail, NON", les piquets de grève s'étaient installés tôt le matin aux portes des usines, des marchés de gros de Madrid et Barcelone, des banques ou des stations de transports en commun, placardant des affichettes annonçant: "Fermé pour cause de grève".

Les syndicats CCOO et UGT voulaient ainsi dénoncer la réforme du marché du travail déjà appliquée par le gouvernement, dans le but de combattre un chômage qui frappe 22,85% des actifs.

Selon eux, cette réforme aura pour seul effet d'aggraver le fléau, alors que le gouvernement espagnol lui-même prévoit la destruction de 630.000 emplois en 2012 et un chômage à 24,3% en fin d'année.

Pour le chef du gouvernement Mariano Rajoy, au pouvoir depuis cent jours, cette grève arrive au pire moment: sous l'oeil de ses partenaires européens, inquiets de l'état des finances publiques du pays, le Conseil des ministres présente vendredi le budget 2012, marqué par des coupes sévères.

L'objectif est de réduire à 5,3% du PIB en fin d'année le déficit public, après un dérapage jusqu'à 8,51% en 2011, au prix de lourds sacrifices sociaux.

"Je ne vais pas faire grève parce que cela signifie aussi coopérer avec la crise et perdre des millions d'euros dont nous avons besoin pour en sortir", confiait Carmen Sanchez, une fonctionnaire de 45 ans, qui attendait jeudi matin son train sur un quai de la gare d'Atocha.

Alors que les syndicats annonçaient très vite un "immense succès", le ministère de l'Intérieur a fait état d'une grève peu suivie.

"Nous n'allons pas renoncer, jusqu'à ce que le gouvernement ouvre une négociation avec la volonté de modifier la loi", a lancé Candido Mendez, secrétaire général d'UGT.

L'impact de la grève semblait avoir été limité par l'accord de service minimum conclu entre syndicats et pouvoirs publics, sans compter le souci de nombreux Espagnols de ne pas perdre une journée de salaire dans un contexte de rigueur.

A Madrid, 30% en moyenne des métros et des bus devaient circuler, de même que 20% des trains nationaux dans le reste du pays. Les compagnies aériennes Iberia, Air Nostrum et Vueling ont annulé en moyenne 60% de leurs vols.

Outre les services publics, les industries métallurgiques et automobiles semblaient les plus touchées par les arrêts de travail. Des lieux touristiques, comme l'Alhambra de Grenade ou le musée Picasso de Barcelone, sont restés fermés.

 
Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 20:47

Dans une vidéo mise en ligne sur Dailymotion en février 2011, juste avant les élections cantonales, Jean-Paul Huchon, président socialiste du Conseil régional d’Ile-de-France dénonçait le comportement de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, vis-à-vis de l’ancien Premier ministre, Lionel Jospin.

« Il a été le ministre de Jospin, le plus fayot. Fayot comme il était, vous ne pouvez pas imaginer ! »


Huchon : »Mélenchon était le ministre le plus… par TELEOBS

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 17:48

 

Voilà 2 jours qu'à la suite de la mort du salafiste Merah, les psy se succèdent sur les plateaux de télé pour démontrer que Merah est un malade mental. C'est sur que cela serait plus rassurant que de dire qu'il s'agit d'un militant politique salafiste,

Depuis 3 jours, on se garde bien d'expliquer la pensées des salafistes et leur action quotidienne dans les banlieues. Il ne faut surtout pas parler du terrorisme moralo-religieux que les salafistes font régner dans les cités et dans de nombreuses écoles de la République.

Les mesures proposées par Nicolas Sarkozy pour faire face sont des recyclages de mesures anciennes qui ne sont pas techniquement efficaces mais qui doivent rassurer les gogos,(pardon, les électeurs,) Mais rien sur l'action quotidienne,rien pour démanteler les réseaux salafistes qui prennent en main des quartiers entiers remplaçant l'Etat et les services publics défaillants .Crèches, écoles du soir, soutien scolaire, aide sociale, conseil juridique et même mise aux pas des délinquants. Ils implantent en France des territoires autonomes.

Et oui ce sont les salafistes qui profitent de la disparition des services publics pour s'y substituer,

 

Parallèlement à cela, Nicolas Sarkozy et l'UMPS ne se sont pas étonnés du vote massif des Tunisiens de France pour le parti islamiste Ennahda maintenant au pouvoir en Tunisie avec des salafistes qui ont entamé l'islamisation radicale de l'université tunisienne. Silence complet de nos « élites politiques » sur les incidences que cela peut avoir en France

 

Comment ne pas sourire ( jaune) de l'agitation et de l'exploitation par le pouvoir de ces événements quand on sait le rôle capital qu'a joué Nicolas Sarkozy et l'UMP dans l'installation des islamistes et des salafistes en Libye et du soutien à la Confrérie des frères musulmans maintenant au pouvoir en Egypte et qui s'apprête comme en Libye et en Tunise à rétablir la charia,

 

Aujourd'hui, le sinistre putsch militaire au Mali est l'une des conséquences de la politique menée par Sarkozy et son ami Juppé .Le Mali et le Niger sont la proie future des islamistes d'Aqmi et des tribus berbères surarmées par les parachutages d'armes françaises et les pillages de Libye,

C'est tout l'Afrique musulmane qui risque de basculer dans l'islamisme le plus radical.

Monsieur Sarkozy et monsieur Juppé pourront peut être profiter de la campagne électorale pour expliquer au Peuple Français pourquoi ils ouvrent toute grande les portes de nos entreprises au Qatar pourquoi ils acceptent les financements du Qatar dans nos banlieues quand on sait que le Qatar financent une grande partie des guérillas islamistes en Afrique.

 

Derrière les pantalonnades du Président Matamore,il y a un réel danger,

L'heure est grave. Il est temps de ne pas faire l'amalgame et d'aider nos compatriotes musulmans à se débarrasser des salafistes et autres extrémistes qui rêvent d'instaurer un Califat en France

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 10:39

 

Après les frasques de Sarkozy en libye le sud du Sahel est complétement destabilisé. Mais de cela on ne parle pas. Le Président candidat et BHl se gardant bien de souligner leurs erreurs en Afrique

 

Au Mali, où un coup d’Etat militaire a renversé l’actuel président, le général Amadou Toumani, les élections présidentielles fixées au 29 avril 2012 n’auront pas lieu. Ce putsch est la conséquence de la déroute infligée à l’armée malienne par les insurgés Touaregs[1] revendiquant la partition du pays.


 
Surprise, culbutée et en plein désarroi, l’armée malienne agite l’épouvantail Aqmi pour tenter de faire s’engager les Occidentaux à ses côtés, affirmant que les Touaregs sont les alliés des fondamentalistes musulmans.
La menace que fait peser Aqmi sur la sous région est évidemment réelle. Doit-on pour autant avoir une réaction pavlovienne dès qu’elle est évoquée ?
Là encore, l’ethnographie historique pourrait être d’un grand secours à nos responsables politiques. Les Touaregs ne sont en effet pas les seuls habitants de l’ouest saharien, immense région aux caractéristiques géographiques et humaines très contrastées abritant quatre grandes populations aux territoires bien identifiés :

 
- Les Touaregs qui sont des Berbères vivent dans le Sahara central ;
- Les Chaamba qui sont des Arabes se rattachant au rameau des Beni Sulaym ont pour coeur territorial l’oasis de Timimoun en Algérie ;
- Les Reguibat, eux aussi Arabes et qui revendiquent une filiation idrisside, nomadisent entre la Mauritanie et le Sahara occidental ;
- Les Maures dont la composante blanche est également arabe puisqu’elle se rattache aux tribus hilaliennes (de Beni Hilal), sont installés en Mauritanie.

 
Ces populations ont toujours été en conflit. Au moment de la poussée coloniale, et afin de régler de vieux comptes avec leurs voisins berbères, les Chaamba furent ainsi les efficaces auxiliaires des Français qui butaient alors sur le bastion touareg. Aujourd’hui, et les observateurs ne l’ont évidemment pas vu, Aqmi prospère essentiellement chez certains Arabes sahariens, pas chez les Touaregs, à quelques exceptions près liées à des clivages internes à certains sous clans.

 
Pour nous, Européens qui devons veiller sur notre arrière-cour saharo-sahélienne, la question est claire : pouvons-nous laisser prospérer un irrédentisme touareg s’ajoutant à des foyers régionaux de déstabilisation situés dans le nord du Nigeria avec la secte fondamentaliste Boko Haram, dans la région du Sahara nord occidental avec Aqmi et dans la zone des confins algéro-maroco-mauritaniens avec le Polisario ?

 
Face à cette nouvelle situation qui est, comme je l’ai amplement démontré[2], une conséquence directe de la malencontreuse intervention franco-otanienne contre la Libye, deux options sont possibles :

 
- Soit l’intervention urgente et massive aux côtés des armées du Mali et du Niger à la fois pour maintenir la fiction de ces deux Etats, pour tenter de contenir Aqmi et pour sauvegarder nos approvisionnements en uranium. Cette solution sans imagination ne réglera pas le problème en profondeur.

 
- Soit tout au contraire, reconnaître enfin le fait berbéro touareg et « sous-traiter » à ce peuple à la fois la lutte contre Aqmi et contre les structures mafieuses qui gangrènent la région. Or, une telle politique qui passe par une profonde redéfinition de ces deux façons d’Etats que sont le Mali et le Niger est évidemment inimaginable aux yeux des jacobins et des conformistes qui nous gouvernent.

 
Une troisième voie sera donc choisie, la pire de toutes, celle de ces demi-mesures qui conduisent toujours à la catastrophe.
 

Bernard Lugan
22/03/2012
Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

Liens