Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Clamart National et Populaire
  • Clamart National et Populaire
  • : site politique pro Marine Le Pen
  • Contact

Recherche

14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 19:47

Lu sur le blog du POINT

Ca y est on commence à connaître la vérité. Si la Grèce fait défaut ce qui est probable cela coûtera 60 Milliards d'euros aux Français, sans compter les dépenses liées au remboursement des dettes de la BCE

Voilà ce que ces enfoirés d'UMPS ont caché aux Français.Lorsque Marine Le Pen évoquait cette question on lui riait au nez. Les Européistes nous mènent à la ruine. Il va être temps de dresser les gibets

 

"L'hypothèse d'une sortie de la Grèce de la zone euro se rapproche. "Si un membre d'un club ne respecte pas les règles, il est préférable qu'il quitte le club", a lâché José Manuel Barroso lundi. "Si la Grèce ne tient pas parole, il n'y a pas de raison de la soutenir financièrement", a renchéri Jens Weidmann, gouverneur de la BCE et patron de la Bundesbank avant la réunion des ministres des Finances, qui devait se tenir lundi après-midi.

Derrière ces discours de fermeté, les Européens sont en réalité bien embarrassés. Car le retour à la drachme à Athènes pourrait leur coûter une petite fortune. La dévaluation qui suivrait le retour à la monnaie nationale entraînerait en effet une explosion de la dette grecque, libellée en euro, ce qui la rendrait impossible à rembourser en intégralité. Or, depuis l'effacement de plus de 50 % de la dette grecque détenue par les créanciers privés, ce sont les États européens qui détiennent l'essentiel de la dette souveraine grecque...

La BCE, très exposée

À eux seuls, les contribuables français risquent de devoir régler une facture de 66,4 milliards d'euros (soit un peu plus que le budget annuel de l'Éducation nationale), au cas ou Athènes déciderait de ne rien rembourser, a calculé Éric Dor, directeur de la recherche à l'Institut d'économie scientifique et de gestion (IESEG). On comprend la réticence de l'Allemagne à passer l'éponge sur la dette grecque : étant donné son poids dans l'Union monétaire, Berlin devrait débourser encore plus d'argent que Paris, à due proportion de son poids dans le capital de la Banque centrale européenne (BCE) et de ses garanties apportées au pare-feu de la zone euro, le fameux Fonds européen de stabilité financière (FESF).

Le gros de la facture serait présenté par la BCE. Au 31 mars 2012, la dette de la Banque de Grèce auprès de l'institution de Francfort s'élevait à 104 milliards d'euros, notamment à cause de la fuite des capitaux qui a frappé la Grèce depuis le début de la crise. En cas de défaut grec, la perte serait répercutée sur les banques centrales nationales, qui en elles-mêmes pourraient en appeler aux États pour recapitaliser la Banque centrale européenne, a due proportion de leur poids initial dans son capital. Facture pour la France : 22,7 milliards.

Les banques aussi

Une somme à laquelle il faut ajouter la valeur des obligations souveraines grecques rachetée par la BCE pour tenter de ramener la confiance (estimées à 45 milliards d'euros). Pour l'Hexagone, cela coûterait encore 9,8 milliards d'euros supplémentaires, calcule Éric Dor.

Et ce n'est pas fini. En mai 2010, les États européens ont volé au secours d'Athènes en lui octroyant des prêts bilatéraux, juste avant la mise en place du Fonds européen de stabilité financière (FESF). La France a déjà versé 11,4 milliards d'euros, une somme qu'elle a dû emprunter et qui a augmenté sa propre dette... En cas de sortie de la Grèce de la zone euro, elle risque de ne jamais en revoir la couleur non plus.

Pas plus que les garanties apportées au FESF pour lui permettre de faciliter l'effacement de la moitié de la dette privée grecque et financer le second plan d'aide à la Grèce décidé en juillet 2011. Encore 23,5 milliards supplémentaire de pertes potentielles pour l'État français et donc pour le contribuable...

À cela il faut ajouter celles qu'essuieraient les banques françaises. En admettant que la drachme dévalue de 50 % par rapport à l'euro, celles-ci pourraient perdre plus de 19 milliards à cause des quelque 39 milliards de prêt qu'elles ont accordés à la Grèce (banques, ménages et surtout entreprises) assure Éric Dor, en se fondant sur des estimations de la Banque des règlements internationaux (BRI) actualisée au 31 décembre 2011. De quoi calmer les ardeurs de ceux qui voudraient punir Athènes en l'expulsant de la zone euro."

"Click here to find out more!

Par Marc Vignaud "

Partager cet article

Repost 0
Published by National & Populaire
commenter cet article

commentaires

Liens